Afrisson

Biographie

Abdoulaye Diabaté


Auteur-compositeur, guitariste et percussionniste, Abdoulaye Diabaté aka "Djoss" navigue entre musique mandingue acoustique, ballades et afro-pop. En 1975, il s’illustre en remplaçant le chanteur lead du groupe Koulé Star de Koutiala lors d’un concert. Par la suite, il intègre Super Mandé, l’Orchestre Régional de Ségou et l’Orchestre Régional de Sikasso, avant d’entamer une carrière solo en 1988.

Une famille de griots

Né en 1952 dans la commune rurale de Cinzana-Gare, dans la région de Ségou, au Mali, Abdoulaye Diabaté est issu d’une grande famille de griots. Son père, Baba Diabaté, est chef traditionnel des griots Diabaté de Ségou, et sa mère, Assitan Dembélé, est une chanteuse réputée de la musique mandingue traditionnelle.

A l’âge de 14 ans, Abdoulaye Diabaté s’initie au théâtre, et devient membre des Pionniers du Mali. Parallèlement, il fait ses études à l’école coranique et à l’école française jusqu’à ses 16 ans. En 1972, il obtient un CAP de comptabilité au CFPB (Centre de Formation Professionnelle de Bamako).

Orchestre Super Mandé

En 1973, Abdoulaye Diabaté se lance professionnellement dans la musique en intégrant l’Orchestre de Jazz de Tenetemba de Bamako. Il faut attendre 1975 pour qu’Abdoulaye Diabaté soit reconnu par ses pairs et le grand public, en remplaçant le chanteur lead du groupe Koulé Star de Koutiala lors d’un concert. Il enregistrera des albums avec Koulé Star. Un an plus tard, Abdoulaye Diabaté rejoint l’Orchestre Régional de Ségou, avant d’intègrer par la suite l’Orchestre Régional de Sikasso.

JPG - 12.3 ko

En 1980, il enregistre en Côte d’Ivoire, avec l’Orchestre Super Mandé dont il est le chef d’orchestre et directeur musical, l’album Wahabiadachi vol. 1, produit par les Ets Sodogil. Exemple de rencontres musicales et culturelles, l’Orchestre Super Mandé réunit trois grands noms des musiques africaines : Abdoulaye Diabaté (auteur-compositeur, direction musicale, voix - Mali), Mangué Kondé (guitare – Burkina Faso) et Gilbert Dossou aka Prince Dgib’s (auteur-compositeur, direction musicale - Bénin).
A partir de 1988, Abdoulaye Diabaté décide d’entamer une carrière solo, développe une musique mandingue acoustique ou électrique (afro-pop), et sort chez Syllart Productions sa première cassette Massadjourou avec le groupe Koulé Star, suivi en 1989 de Kassikoun.

Fula Flute / Source

En 1992, Abdoulaye Diabaté rejoint les Ballets Koteba de Souleymane Koly, avec lesquels il tournera dans le monde entier. Parallèlement, il enregistre Namawou (1992), Tabalé (1993), Djiriyo (1995 – compil. Tabalé + Namawou), Bendé (1998), Best Of (1999) et Makan (2000). L’année 2002 le voit sortir ses opus Samory, un opus enregistré avec Koutiala Orchestra et dédié à l’Almamy Samory Touré (1830-1900), chef de guerre et fondateur de l’empire Wassoulou. Il résista à la pénétration et à la colonisation française en Afrique de l’Ouest. La même année, il réalise Fula Flute, un opus afro-folk dédié aux grands airs du répertoire de musique mandingue traditionnelle, comme "Wali", "Kémé Bouréma", "Chedo" (Kédo) ou "Douga". Quant à "Soundiata", c’est une chanson relatant l’histoire de Soundiata Keïta (1217-1255), fondateur de l’empire Mandingue au 13° siècle. Ce titre sera interprété le 6 mai 2009 à Berlin, en Allemagne, avec le RSB (Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin), l’orchestre philharmonique berlinois. La même année, son titre “Janjon” (Djandjon) est inclus dans la compilation Badenya : Manden Jaliya In New York City, réalisée par les Américains de Folkways Records / Smithsonian.
En 2005, Abdoulaye "Djoss" Diabaté sort Haklima, un album produit par Goin’ Native Records, un label américain spécialisé dans les musiques du monde et le jazz. Un an plus tard, paraît Source, un album enregistré avec Sylvain Leroux (flûte, sax alto, flûte fula (flûte peule), Yacouba Sissoko (kora), Bailo Bah (flûte fula), Alexis Marcelo (keyboards), Mamadou Ba (basse) et Sean Dixon (batterie).

Sara

En 2008, Abdoulaye "Djoss" Diabaté sort Sara, où il explore le cœur de sa tradition, les chants des griots mandingues, les chants de louange, les ballades et les chansons de célébration (mariage, baptême, intronisation des rois, etc.) Deux ans plus tard, paraît O.R.T.M., un opus comportant 8 titres extraits de son concert lors de la "Nuit Miss O.R.T.M. " (Office de Radiodiffusion Télévision du Mali), en 2010 à Bamako.

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson