Afrisson

Biographie

Antoinette Konan


Auteure, chanteuse, danseuse et instrumentiste Antoinette Konan surnommée « la reine de l’ahoko » (instrument qu’elle joue) est d’origine baoulée, une des composantes de la Côte d’Ivoire. Elle enseigne à l’Institut des Arts et de la Culture d’Abidjan...

Antoinette Konan est née à Béoumi, une ville essentiellement peuplée par des Baoulés et située dans la région de la Vallée du Bandama au centre de la Côte d’Ivoire. Soutenue à ses débuts par des artistes comme Aïcha Koné, Manu Dibango ou Boncana Maïga, elle enregistre son opus en 1984. Elle se fera connaître plus tard avec des compositions devenues célèbres : « Katchiossa », « Yao Konan », « Eyakande », « Manhou », « Abidjan Dja » (2007), « Assoman », « Kaga Nigo », « Ca va pas aujourd’hui », « Tchiman glo », « Petit quelqu’un » ou « Femme stérile » mettent en exergue, dans une orchestration moderne et dansante, les musiques baoulées dont le « glaou » et le « goli » et les sonorités de l’ahoko. Originellement, ces musiques baoulées sont données par des instruments comme Le « klin kpli » (tambour jumelé « attoumgblan »), le « pendre » (prononcer « pindré »), l’arc musical, la sanza ou encore le « djomolo » (xylophone)...

Après avoir fondé la COAF (Coalition des Artistes Féminins), Antoinette Konan crée ANKADI, son propre label de production et de distribution.
Déçue par le BURIDA (Bureau Ivoirien des Droits d’Auteur) qu’elle accuse de ne pas verser aux artistes leurs royalties, elle décide de s’installer aux Etats Unis où elle désire lancer une musique dansante proche du style « Waka Waka » de Shakira. Antoinette Konan a participé le samedi 23 juin 2012 à « La Nuit Africaine à Washington DC », en compagnie de son compatriote Séry Simplice...

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson