Afrisson

Présentation

L’Azâwân

Styles  Mauritanie | Origine : 1700

L’« azâwân » est la musique des iggawins ou iggawen (griots en maure), des historiens, poètes, musiciens et maîtres de la parole, seuls habilités à jouer de la musique dans la société traditionnelle en Mauritanie. C’est une musique savante aux formules codées, aux modes bien précis et qui se décline parfois vers l’« ésotérisme ».

Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA)

Les Maures

La population maure s’est constituée à partir des communautés berbères, africaines et arabes qui se sont brassées et ont adopté la langue arabe. Au XVIII° siècle, des tribus guerrières se sont inspirées des populations locales en leur empruntant la fonction de griots (« iggawins » en maure).
Ils ont aussi adopté les chants et musiques du répertoire traditionnel de ces peuples d’origine négro-africaine et sociale différentes en les arabisant.

L’« azâwân », musique savante

Selon les griots maures, l’« azâwân » est une musique récente qui serait apparue dans sa forme actuelle au XVIII° siècle grâce à de fameux iggawins comme Gard ould Balgam, Ali ould Manou, Saddoum ould Ndartou....

Musique savante, l’« azâwân » est une composante de la musique maure qui respecte des modes bien précis et obéit à une théorie bien définie. Il a un répertoire spécifique et est joué par des iggawins ayant reçu une parfaite formation et qui perpétuent la tradition musicale et poétique, s’accompagnant à l’ardin, au tabla et au tidinit : louanges au prophète Mohamed, chants d’amour, éloges des guerriers, chants satiriques...
Parmi les artistes les plus connus de l’« azâwân » sur la scène internationale actuelle, on peut citer, entre autres, Dimi Mint Abba, Khalifa Ould Eide ou encore Aïcha Mint Chighaly, auteur de l’album Griote de Mauritanie paru en 1997 chez Inédit, le label de (La Maison des Cultures du Monde) - il est réédité en 2007 sous le titre (Azawan, l’art des griots.

 

par   Nago Seck  1er juillet 2008 - © Afrisson