Afrisson

Biographie

Bafing Kul


Artistes Mali | Naissance : 1976 | Styles :  Afro-reggae - Appolo-reggae Site internet

Né le 18 novembre 1976 à Bamako au Mali dans une famille noble originaire de Ségou, Bafing Kul a choisi de se consacrer pleinement à la musique militante, dérogeant ainsi aux règles des traditions établies. Auteur, compositeur, guitariste et interprète, Bafing Kul est l’initiateur de l’appolo-reggae, une fusion de reggae et du rythme traditionnel mandingue « appolo », révélée au grand public en 1998, avec le titre « Exciser c’est pas bon ». Ses chansons parlent des enfants soldats, de la justice, des droits de l’homme, des inégalités, de la paix, de l’amour, de l’autosuffisance alimentaire, de la santé, de l’éducation, de l’esclavage domestique, de la lutte contre l’excision ou encore du mariage forcé…...

Bafing Kul, l’appolo reggaeman

Très tôt, Bafing Kul milite activement pour la lutte contre l’excision, pratique qui touche encore 80% de femmes au Mali, et des milliers dans le monde. Il enregistre en 1998 « Exciser c’est pas bon », dans le cadre d’une campagne de sensibilisation pour l’abandon de l’excision. Il s’intéresse auusi à la souffrance de filles employées dans les familles et écrit en 2000 « 52 Bamako » pour dénoncer l’esclavage domestique. En 2002, Bafing Kul s’installe à Paris, monte son groupe, Appolo Band, et tourne en France, partageant l’affiche avec Touré Kunda (Sénégal), un des groupes qui ont bercé son enfance. Il collabore aussi avec l’association La Commission pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (CAMS). Cette dernière l’aidera à enregistrer Africa Paris, un premier Maxi CD de 4 morceaux au beat appolo-reggae, fusion de reggae et d’« appolo », un rythme de sa communauté, tiré de la musique mandingue et joué traditionnellement lors des baptêmes, des mariages, des festivités organisées par les femmes ou à la fin des récoltes....

Bafing Kul sur scène

Yelen - la Lumière – The Light

Son deuxième album, Yelen - la Lumière – The Light (label Cygnus - 2006), chanté en bambara, en français ou en anglais, a été enregistré entre Bamako, Paris et Abidjan (Côte d’Ivoire). On y trouve onze titres dont une réédition de « 52 Bamako » sous l’intitulé « B52 ». Bafing Kul y aborde des thèmes très actuels pouvant toucher le monde entier. Bafing Kul y plaide en effet pour la justice, le respect des droits de l’homme, l’égalité, la paix et l’amour, l’autosuffisance alimentaire, la santé et l’éducation pour tous les peuples. L’album a été réalisé et mixé par Micael Sène, reconnu notamment pour avoir travaillé avec les Wailers de Bob Marley, Alpha Blondy, l’un des pionniers du reggae africain, ou encore les Neg’Marrons et Tonton David.
Réédité et sorti le 5 décembre 2010 Chez MVS Distribution, Yelen - la Lumière – The Light sera nominé dans la catégorie « Meilleur album reggae africain » en 2012. Bafing Kul consacre un titre chanté en français à l’excision (« Eh ! Eh ! Eh ! »), repris ensuite en anglais sous le titre « Little girls from Africa ». Il y dénonce la corruption (« Yelema » (le changement)), l’esclavage des enfants (« B52 »), les enfants soldats, les guerres et les mariages forcés (« Lyooh »). D’autres chansons sont plus optimistes : « 4 Love » est appel à l’amour et à l’entente entre les peuples tandis que « Kouma » est une sorte de louange à la parole, pour qu’on la donne aux jeunes et aux femmes. Quant à « Balla Moussa Keïta », c’est un hommage à l’acteur, comédien et animateur de radio qui toute sa vie a participé activement au rayonnement de la culture malienne (il a notamment joué dans le film « Finye » (Le vent) du cinéaste malien Souleymane Cissé.

Africa for Women’s Rights

« L’Afrique pour les droits des femmes » (Africa for Women’s Rights), une campagne lancée en 2009 par des organisations régionales et internationales de défense des droits de l’homme et des droits des femmes présentes dans toute l’Afrique, est soutenue par plusieurs personnalités et artistes : Youssou Ndour, Tiken Jah Fakoly, Desmond Tutu (Prix Nobel de la Paix 1984), Nadine Gordimer (Prix Nobel de Littérature 1991), Angélique Kidjo, Maryse Condé (écrivaine), Shirin Ebadi (Prix Nobel de la Paix 2003), Rachid Taha, Jane Birkin, Wolé Soyinka (Prix Nobel de littérature 1986), Bafing Kul, Antoinette Fouque (fondatrice du MLF et défenseure des droits des femmes), Yakin Ertürk (rapporteur spécial des Nations Unies sur les violences faites aux femmes), Soyata Maiga (rapporteur spécial sur les droits des femmes - Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples), Pramila Patten (expert des Nations Unies - Comité sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW)), Angela de Melo (Vice-présidente de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples)…

Se définissant comme un « artiste militant pour l’Humanité, avec la musique comme seule arme contre l’ignorance et le fondamentalisme », Bafing Kul n’a qu’un désir : « partager la richesse culturelle de l’Afrique avec le monde entier ».
Avec des amis, Bafing Kul fonde alors Mélodies du Monde, une association dont le but est de soutenir et de développer la création et la diffusion artistiques et des actions culturelles au service des causes humanitaires…C’est avec cette structure qu’il organise le samedi 22 septembre 2012 (jour du 52e anniversaire de l’indépendance du Mali) à Saint-Denis (banlieue parisienne) « La journée pour la paix au Mali », avec plusieurs autres artistes ; les bénéfices du concert étant destinés aux projets de campagne de sensibilisation pour l’abandon de l’excision et pour les droits des femmes au Mali.
En janvier 2013, il réalise un single et un clip au beat appolo-reggae, Libérer mon pays (« Nka djamana ka horonya » en bambara), « un message d’encouragement et un appel à la libération totale du Mali à l’heure où la communauté internationale se mobilise pour aider le pays à recouvrer sa souveraineté sur l’ensemble du territoire… », confie l’artiste.

 

par   Nago Seck  27 juin 2008 - © Afrisson