Afrisson

Présentation

La bossa nova

La bossa nova ou bossanova, est un genre musical ayant émergé à la fin des années 1950 au Brésil, et intégrant à l’origine guitare, piano, percussions et flûte. Issu du croisement de la samba et du cool jazz, la bossa nova se popularise significativement dans les années 1960 chez les jeunes musiciens et étudiants.

Terminologie

Le nom de bossa nova vient du mot portugais bossa, qui signifie au premier degré bosse, et peut se traduire au second degré par "aptitude", "vocation" (littéralement, "avoir la bosse pour quelque chose") et dans ce cas précis par « manière » — et de nova, "nouvelle".

Origines

L’arrivée de la bossa nova sur la scène musicale brésilienne provient du rejet de la musique populaire traditionnelle brésilienne de la part de musiciens de Rio de Janeiro. Jusque dans les années 1950, la culture musicale au sein de la classe ouvrière brésilienne était composée principalement de sambas de type carnaval avec une utilisation obligatoirement massive des percussions comme accompagnement. Pour la classe moyenne, la forme dominante de chanson était les ballades plus connues sous le nom de samba-canção, similaire aux boléros latino-américains, offrant des compositions simples, une harmonie standard, des voix douces et des textes sentimentaux, plus fréquemment mélodramatiques.

Lancement et popularisation

Le style bossa nova est inventé par un groupe composé du compositeur Antônio Carlos Jobim, du chanteur João Gilberto, de Normando Santos, du poète Vinícius de Moraes et d’autres qui inspireront à la fin des années 1950 une partie de la jeunesse des quartiers d’Ipanema et de Copacabana à Rio de Janeiro. À partir de 1958, elle est popularisée au Brésil par le disque Chega de Saudade, enregistré à Rio en 1958, mais vendu à partir de São Paulo en 1959. Dans ce disque, João Gilberto interprétait trois chansons de Antônio Carlos Jobim (sur des paroles de Vinícius de Moraes (Chega de Saudade...) et de Newton Mendonça), trois autres de Carlos Lyra, deux compositions personnelles, et reprenait à sa manière d’anciennes sambas ainsi qu’une chanson de Dorival Caymmi (Rosa Morena).

En 1963, grâce à la collaboration de João Gilberto et du saxophoniste Stan Getz1 dans l’album Getz/Gilberto, la bossa nova remporte un succès planétaire avec A Garota de Ipanema (The Girl from Ipanema, en anglais), interprété par Astrud Gilberto. Les plus grands classiques de la bossa nova y sont regroupés : A Garota de Ipanema, Corcovado, Desafinado, Só danço samba, O grande amor et Vivo sonhando. En 1974, c’est l’album Elis & Tom d’Antônio Carlos Jobim et Elis Regina qui fera sensation, considéré comme le dernier grand chef-d’œuvre de l’âge d’or du style bossa nova.

Lors d’une tournée en Italie en 1961 João Gilberto avait découvert la chanson de Bruno Martino (it), Estate. Il l’adapte à sa manière en 1977 et cela deviendra un standard international interprété par les plus grands musiciens de jazz, de Chet Baker à Michel Petrucciani en passant par Toots Thielemans.

Retrait et retour modéré

On considère que la bossa nova stricto sensu prend fin en 1964 avec le coup d’État militaire au Brésil. L’importance de la bossa nova dans l’histoire de la musique brésilienne et mondiale est incontestable. Elle introduit des harmonies complexes, une relation étroite entre paroles et musique ainsi qu’une préoccupation générale pour l’arrangement et la forme musicale. Elle influence des mouvements ultérieurs comme le tropicalisme et la MPB. Le répertoire de la bossa nova se compose essentiellement de chansons, tandis que la musique instrumentale est généralement appelée samba-jazz.

* Source : Wikipedia

 

par   Nago Seck  22 janvier 2015 - © Afrisson