Afrisson

Botswana

Botswana


Pays  | Indépendance-Libération : 1966 | 600.372 km² - 1.500.000 h

Musiques traditionnelles

Les musiques traditionnelles sont étroitement liées à l’environnement : dans la zone forestière, on trouve des tambours, dans les régions des lacs, des ensembles de flûtes dikathla et dans les zones de pâturage, des chants chorals. Les bergers tswana jouent des arcs musicaux ou segorogo et dans le nord du pays sont utilisés des lamellophones ou dongo. Les San (Bushmen) pratiquent à la tombée de la nuit des danses et des chants de guérison.
La musique traditionnelle tswana est généralement basée sur la voix et les instruments à cordes et se caractérise par une absence de percussions. La musique et la danse traditionnelles ont beaucoup régressé pendant les dernières décennies de la période coloniale car cette culture était considérée comme dangereuse pour la modernité et le développement. Depuis l’indépendance, on observe un regain d’intérêt pour les troupes de danse traditionnelles présentes dans les cérémonies d’accueil des officiels étrangers et enseignées dans les écoles de musique du pays depuis les années 1980/1990.

Scène contemporaine

La scène contemporaine est fortement marquée par la les musiques venues d’Afrique du Sud et des Etats-Unis comme la Soul music. Rares sont les artistes ayant fait une carrière internationale : on compte le Kgwanyape Band dirigé par Duncan Senyatso qui oscille entre richesse vocales et rythmiques du terroir et le groupe pop/folk Dikakapa.

Mais depuis quelques années, le Botswana tente de promouvoir ses artistes à travers diverses manifestations comme le BOMA (Botswana Music Awards) lancé en 1998 par Chase Mhango et Mogolori Modise soutenu par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Gaborone qui réunit chaque années des artistes au Nojanala Waterfront. Douze catégories y sont représentées dont le kwaïto, le hip hop, le R&B, le gospel , l’afropop, le reggae, la rumba, le marimba et le disco. Ont ainsi émergé de cette compétitions des artistes comme “Wizards of the Desert” nominé dans plusieurs catégories (kwasa kwasa, R&B, kwaïto et house), Skeleme alias Pekenene (kwaïto), Momo qui propose une fusion kwaïto/zouk, Maviri Motero d’Okavango spécialiste du piano à pouces, Bom jazz remarqué pour son album Dawn of Bojazz, le groupe de rock “Metal Orizon”, le compositeur et chanteur George Swabi sans oublier Taolo Moshaga (traditionnel, afro Pop, rumba), leader du groupe “Lonaka Band” et organisateur du festival Lala Vuka. S’est également imposée dans les années 1990 une scène hip hop avec des groupes comme Lords of The Ghetto, Tribal Monks and 3rd Mind mais surtout Zeus et Scar, les deux stars des années 2000. Le Botswana a développé sa propre forme de rap, le motswako.

Sources : Mmegi Monitor, Botswana Music Awards 19-25 April 2002 de Morongwa Phala, Wikipedia

 

par   Nicky Blumenfeld - Sylvie Clerfeuille  11 mai 2007 - © Afrisson

Disques

Disques
 
situ