Afrisson

Biographie

Cella Stella


Artistes Bénin | Naissance : 1954 | Styles :  Afro-folk - Afro-zouk - Highlife - Makossa

Le style de la chanteuse Cella Stella, au carrefour du highlife, du makossa et de divers rythmes béninois, et surtout sa longue collaboration avec Ekambi Brillant qui lui écrit en 1977 des chansons en douala font d’elle une "Camerounaise d’adoption"...

Avlési

Cella Stella compte beaucoup de musiciens dans sa famille : sa grand-mère Avlési est une très grande chanteuse du Bénin et plusieurs de ses oncles et tantes sont souvent sollicités pour animer des cérémonies. Encore jeune, la future chanteuse quitte son pays après les émeutes de 1959 pour rejoindre Cotonou. A 17 ans, elle remporte son premier succès lors d’un mini festival des écoles organisé par le Centre Culturel Français. En 1973, remarquée par le chef d’orchestre du Black Santiago, elle rejoint cette formation qui joue une musique aux accents highlife, soukouss et R&B.

Myriam Makeba

1974 est l’année de sa première expérience de studio avec l’enregistrement de l’album Jale composé par le musicien poète camerounais Eboa Lotin. Lorsque Myriam Makeba débarque à Cotonou à l’occasion d’un spectacle, la jeune chanteuse saisit sa chance et la rejoint sur scène. Les deux artistes qui se lient d’amitié s’offre une tournée commune quelques mois plus au Liberia et au Togo. Cella y chante ses propres textes en douala proposant un cocktail de folklore béninois (dont le tchinkounmey), de soukouss, de highlife et de makossa. Son titre "Mari officiel" lui vaut une grande popularité au Liberia.

Ekambi Brillant

A son retour de Monrovia en 1979, Cella fait la connaissance de l’artiste camerounais Ekambi Brillant qui lui présente Slim Pezin, un ex-musicien de Claude François. Produit par ce denrier, le 45 tours Bema besse (tout passe) dont le second titre "Tonyco" (mes amis) est chanté en mina connaît un succès immédiat. Après la signature d’un contrat avec Jengou Records d’Ekambi Brilant qui lui écrit toutes ses chansons en douala, elle sort en 1980 son premier album aux accents makossa qui lui vaut un beau succès au Cameroun où elle donne une série de concerts. Puis en 1986, l’album Mumi we njo (les hommes sont fous). L’année suivante voit sa participation au Festival de Louisiane en compagnie de la guyanaise Sylviane Cedia et du français Francis Cabrel. Installée en France, elle poursuit une carrière jalonnée par des concerts en Europe et sur le continent.

Tradi-émotion

Dans le disque Tradi Emotion sorti en 2000, elle affirme son retour aux sources de la musique béninoise parlant d’amour et de nostalgie dans des titres comme "Chéri Gbomayi, Monjuba, "Makambo ya nostalgie", "Mbo’a Ngo". L’artiste s’est entourée pour l’occasion d’artistes dont Guy Nsangué, Etienne Mbappé, Noël Assolo, Willy N’for, Charles Ewandje et Barbara Akabla.

Les titres les plus populaires de l’artistes sont « Latane oa na mba », « Mambo na mambo », « Ndolo nyo », « Sokem », « Nyoue », « Moussawedi », « Gbe o gbele », « Ebola ndutu », « Mari officiel », « Ndol a diye », « Na mea longue »,« Wellissane
 ».

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson