Afrisson

Biographie

Cheikh Lô (Cheikh Ndiguel Lô)


Artistes Sénégal | Naissance : 1959 | Styles :  Afro-fusion - Afro-pop - Mbalax - World / Musique du monde

Auteur, compositeur, batteur, guitariste et chanteur, Cheikh Lô aka Cheikh Ndiguel Lô (pour son appartenance à la confrérie des Bayefall) s’illustre sur la scène sénégalaise à la sortie de son premier album Né La Thiass en 1995, dont le magnifique hit "Bamba Sunu Goorgui". Le public découvre alors son mbalax teinté de “xiin”, blues mandingue, rumba et soukouss congolais, afro-cubain, afro-reggae, jazz, funk ou pop, chanté en wolof (sa langue) ou en bambara.

Né en 1959 à Bobo Dioulasso (Burkina Faso), de parents sénégalais, Cheikh Lô s’adonne dès son jeune âge à la musique et au chant. Très vite, il intègre l’orchestre Volta Jazz, un groupe de musiques traditionnelles burkinabées, mandingue, afro-cubain et rumba congolaise.

Ses débuts

En 1978, Cheikh Lô s’installe au Sénégal et collabore avec diverses formations de mbalax. En 1984 à Paris, il accompagne à la guitare ou à la batterie des groupes et artistes africains dont Papa Wemba. Dans la capitale française, il rencontre d’autres artistes d’horizons divers avec lesquels il joue tout en développant son propre répertoire, enregistrant en 1987 quelques démos. Ses compositions sont tirées du mbalax mais teintées de soukouss, de reggae et de “xiin”, du nom du rythme (et de l’instrument) joué par les Bayefall, confrérie soufie sénégalaise fondée par Cheikh Ibrahima Fall dit Cheikh Ibra Fall. Quant à ses textes, ils parlent de la pauvreté, des conflits en Afrique, de la paix, des enfants mais aussi de la spiritualité...

Né La Thiass

En 1995, Youssou Ndour propose à ce membre de la confrérie Bayefall (dreadlocks, vêtements en patchwork) de produire son premier album, Né La Thiass, accompagné par les musiciens du Super Etoile de Dakar. Le titre “Doxandème” lui vaudra le prix de “Meilleur Nouveau Talent” aux Kora Awards 1997 en Afrique du Sud. Un an plus tard, il réalise Bambay Gueej, dédié à Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme (confrérie musulmane sénégalaise).

Lamp Fall

Lamp Fall, paru en 2005, est non seulement un hommage à son guide spirituel Cheikh Ibra Fall surnommé “Lamp Fall” mais aussi une dénonciation des conflits et de la pauvreté en Afrique. Trois ans plus tard, il reprend dans une version afro, la chanson “I still haven’t found what I’m looking for” du groupe rock U2 (CD In The Name Of Love : Africa Celebrates - 2008).

Jamm

L’année 2010 le voit réaliser Jamm (“la paix” en wolof), un album aux couleurs mbalax, xiin, mandingue, songhaï du nord du Mali ou encore afro-cubain sorti chez World Circuit... On retrouve à ses côtés de grands talents comme Omar Sow et Cheikh Tidiane Tall (guitares), Pee Wee Ellis (sax), Thio Mbaye (tambours sabars) ou encore Tony Allen (batterie)...

EP 3 titres : Degg gui / Balbalou / Doyal Naniou

Après un break de cinq ans, Cheikh Lô revient avec un nouvel EP 3 titres, en avant première de son futur album Balbalou (“faire le gros dos” en wolof), à paraître le 1er juin 2015 sur le label français Chapter Two.
Sur ces trois nouveaux morceaux, Cheikh Lô visite Cuba, les Caraïbes et les Amériques, avant d’embarquer dans sa chaloupe la brésilienne Flavia Coelho sur “Degg gui” (la vérité), relevé par l’accordéon du français Fixi. Sur “Balbalou”, la trompette d’Ibrahim Maalouf dialogue avec les guitares et les tambours sabars sénégalais : jazz-funk d’une noirceur envoûtante, spirituelle, presque mystique, mais qui n’oublie jamais le groove. Enfin, la divine griotte malienne Oumou Sangaré passe le saluer à la fin du morceau “Doyal Naniou” (nous en avons assez). Les deux complices, qui avaient déjà enregistré ensemble en 1999, signent ici une diatribe puissante contre les coups d’états qui déstabilisent leur continent.
Cheikh Lô recevra le "Prix artiste World de l’année" au Womex 2015 pour ce magnifique album. Cette récompense sera suivie d’une tournée internationale aux côtés d’Ernest Ranglin, célèbre guitariste né à Manchester (Jamaïque).

 

par   Nago Seck  14 décembre 2007 - © Afrisson

News

Cheikh Lô (Cheikh Ndiguel Lô)
 
Festivals 2015

L’année 2015 se décline en plusieurs festivals en ce début d’année. En Afrique de l’Ouest, La Caravane Culturelle pour la Paix poursuit son chemin et le Festival Mali Musique qui réunit en ce mois de février quelques uns des talents du pays comme Fatoumata Diawara, Cheick Tidjiane Seck et Ali Farka Touré Band. En Afrique de l’Est, le festival Sauti Za Busara se tient à Stone Town à zanzibar jusqu’au 15 février. S’y réunissent des artistes de taarab comme le DCMA Young Stars de Zanzibar, des artistes de folk comme la rwandaise Liza Kamizaki, la chanteuse soul anglo-zanzibari Mim Suleiman, le chanteur tanzanien de pop Alikiba Saleh Kiba, l’artiste sud-africain de maskandi Ihhashi Elimhlophe ou le groupe tanzanien de mchiriku Seven Survivors. Quelques bonnes surprises en ce début d’année comme la sortie de plusieurs albums, celui de Cheikh Lô (Balbalou, précédé d’un EP 3 titres Degg gui / Balbalou / Doyal Naniou), du groupe béninois Gbangbe Brass Band et de Boubacar Traoré (Mbalimaou). Bonne écoute.


 
Coupe du Monde - La vuvuzela à l’honneur

En cette période de festivités sportives, l’Afrique du sud est à l’honneur. Mais elle nous réserve quelques surprises musicales , des bonnes comme l’album Spirit de Johnny clegg , et des moins bonnes comme l’invasion desvuvuzelas dans l’espace sonore. L’occasion d’en savoir plus sur cette trompe zulu. Et d’autres nouvelles en ce mois de juin comme le festival Lusofonia à Saraaba à l’occasion
du 35e anniversaire de l’indépendance des Palops. Bonne lecture et bonne écoute ....