Afrisson

Biographie

Christine Salem


Fondatrice en 1997 du groupe Salem Tradition (Réunion) qui l’a accompagné dix ans durant, Christine Salem, joueuse de kayamb et chanteuse à la voix de contralto et sensuelle, propose un maloya puissant soutenant des textes contant l’histoire d’un peuple aux origines multiples : réunionnaise, malgache, swahili et arabe...

Depuis son enfance passée dans le quartier des Camélias, Christine Salem n’a jamais cessé d’écrire et de composer. Dans ce pays maloya, l’Île de la Réunion, où les morts parlent aux vivants, elle remplit ses cahiers d’écriture au milieu de sommeils agités. Mais la plupart de ses chansons naissent sur scène, au cours de séances extatiques qui laissent jusqu’à ses musiciens pantois. Dans ces moments d’intense créativité, la jeune femme est littéralement traversée par un flot de paroles et d’émotions. Vecteur ou médium, elle fait don de son corps tandis qu’à travers son esprit les ancêtres guident sa plume, mugissant leur révolte dans un culte saisissant aux esclaves marrons.

Une voix très grave dans un corps de femme, des textes emportés sur des musiques en transes ou des complaintes en lamento sur des rythmes endiablés. Surtout, c’est une langue inventée, où les onomatopées se mêlent aux accents créoles, arabes, malgaches et swahilis.
Christine Salem, une des rares voix féminines du maloya, est un diamant brut qu’elle façonne à sa guise ; une artiste extraordinaire qui suit une voie singulière, rétive à toute forme de compromis, rebelle par nature, insoumise par culture, marquée par un besoin absolu de liberté. Comment pourrait-il en être autrement pour celle qui est née un certain 20 décembre, jour anniversaire de l’abolition de l’esclavage à la Réunion.
Christine Salem a enregistré plusieurs avec avec son ex groupe Salem Tradition (Waliwa et Fanm (2001), Krié (2006)) ou en solo (Lanbousir (2010), Salem Tradition (2012)).

* Source : http://www.christinesalem.com/

 

par   Nago Seck  11 novembre 2010 - © Afrisson

News

Christine Salem
 
Festivals : le Swaziland et Paris en juin

La saison des festivals s’ouvre en ce mois de mai à Paris avec l’Afrique dans tous les sens du 16 mai au 1° juin, qui vous réserve des escales dans 15 pays d’Afrique et au Swaziland où le Bushfire Festival se tient du 30 mai au 1° juin. Sponsorisé par l’opérateur MTN et destiné à soutenir l’ONG pour les orphelins Young Heroes, Bushfire accueille cette année des artistes comme la réunionnaise Christine Salem , le zimbabwéen Oliver Mtukudzi sans oublier le choeur sud-africain aux multiples Grammy Awards Ladysmith Black Mambazo et la star nationale Bholoja, pape de la soul swazi. Redécouvrez ces pointures du continent et bons festivals !!