Afrisson

Biographie

Debademba


Groupes Burkina Faso -  France -  Mali | Création : 2002 | Styles :  Musique Mandingue - Afro-folk - Afro-fusion - Afro-pop

Debademba, “la grande famille” en bamana (bambara mandingue), est fondé en 2002 par Abdoulaye Traoré, auteur-compositeur-guitariste burkinabé. Mais le véritable envol du groupe aura lieu en 2009, suite à sa rencontre avec le djéli (griot) Mohamed Diaby, auteur-chanteur malien, dans un café-bar du quartier de Belleville à Paris (France). Le duo ainsi constitué explore la musique mandingue version wassoulou, flirtant avec le folk, le blues, le jazz, le funk, l’afro-beat, le rock, le mbalax, le ziglibithy ivoirien, l’afro-zouk ou l’afro-cubain (la salsa,), et soutenant des textes sur l’histoire de l’Empire Mandingue, l’esclavage, la politique, le quotidien des Africains, l’amour…

Abdoulaye Traoré

Né en 1971 au Burkina Faso, le compositeur-guitariste Abdoulaye Traoré sillonne l’Afrique de l’Ouest au début des années 1990, multipliant les rencontres avec divers artistes de la région, comme le percussionniste Adama Dramé, le trio féminin Les Go de Kotéba, le guitariste-chanteur Victor Démé ou encore le chanteur Seika Barou…Ces rencontres l’amènent en 2001 en France où l’on découvre la virtuosité à la guitare acoustique ou électrique et la maîtrise de divers courants musicaux africains de ce rythmicien hors pair.

Abdoulaye Traoré

En 2002, Abdoulaye Traoré fonde Debademba, un groupe construit autour de ses propres compositions, tout en continuant à collaborer avec des artistes, dont La Malienne Fatoumata Diawara et la Marocaine Hindi Zahra. Mais le véritable envol du groupe aura lieu en 2009, suite à sa rencontre avec le djéli (griot) Mohamed Diaby, auteur-chanteur malien, dans un café-bar du quartier de Belleville à Paris (France). En 2011, sort leur premier album éponyme, Debademba, laissant entendre une musique mandingue version Wassoulou, teinté de folk, blues, jazz, funk, rock, arabo-andalou, afro-cubain ou afro-zouk et soutenant des textes sur l’histoire de l’Empire Mandingue, l’esclavage, la politique, le quotidien des Africains, l’amour…

Mohamed Diaby

Né en 1986 au Mali, Mohamed Diaby grandit à Abidjan (Côte d’Ivoire) aux côtés de sa mère Coumba Kouyaté, célèbre chanteuse griotte. Elevé dans la tradition des djélis (griots) mandingues, il se révèle en 2007 avec son hit afro-zouk, "Zouloukalanani", en remportant le premier prix de l’émission "Case Sanga", le tremplin télévisuel malien pour la découverte des jeunes talents, dont la marraine n’est autre que la diva du Wassoulou, Oumou Sangaré. Cette récompense de l’équivalent de la Star Academy diffusé par Africable dans 13 pays du continent et en France conforte sa renommée aussi bien au Mali qu’en Côte d’Ivoire ou en France. Cette expérience permet aussi à ce chanteur de développer la puissance de son immense voix, riche et un peu nasale, sa capacité d’improvisation et son sens de la répartie musicale. En 2008, Mohamed Diaby rejoint Paris où il fait, un an plus tard, la connaissance d’Abdoulaye Traoré, l’auteur-compositeur burkinabé à la recherche d’un chanteur pour son groupe Debademba fondé en 2002.

Après un premier album éponyme paru en 2011, Debademba, le groupe sort en octobre 2013, Souleymane, un opus de musique mandingue version Wassoulou, flirtant avec le folk, le blues, le jazz, le funk, l’afro-beat, le rock, le mbalax sénégalais, le ziglibithy ivoirien, l’afro-zouk ou l’afro-cubain.

 

par   Nago Seck  18 novembre 2009 - © Afrisson