Afrisson

Biographie

Dial


Artistes Sénégal | Styles :  R&B/SoulSite internet

Originaire du Sénégal, l’auteur, compositeur, chanteur et peintre, Dial, est sans aucun doute la nouvelle voix de la Soul, de la New Soul, du Rythm’n Blues et de la pop-rock aux couleurs africaines….

Né à Dakar au Sénégal, Dial-Diop Coly Camara dit « Dial » grandit dans un univers familial marqué par des artistes de la soul music et du rhythm’n blues qu’écoutaient ses parents. Parmi ceux-ci son « illustre professeur Monsieur Otis Redding » comme il aime à l’appeler. C’est donc tout naturellement que son premier amour soit le chant, influencé qu’il est par l’interprète de « Dock of the bay » et « My girl ». Sa deuxième idole sera James Brown, son « maître à chanter » mais surtout « son maître à danser ». Très jeune, Dial rejoint ses parents en France pour y poursuivre ses études.

Un soir de 1989, sur son lieu de travail dans la banlieue nord parisienne, un collègue l’entendant chantonner « Rédemption Song » de Bob Marley et des titres du répertoire d’Otis Redding lui propose de faire une audition pour son groupe. Toute la nuit, Dial se met alors à passer et à repasser le vinyle de son idole qu’il avait « emprunté » discrètement à sa mère…Ce test réussi, Dial devient aussitôt le chanteur attitré du groupe qu’il quitte quelques années plus tard. Par la suite, il s’illustre, par sa voix à la fois grave et suave, au sein de divers groupes, s’adonnant au Funk, au R&B et à la variété internationale. Pour mieux dominer son art, Dial décide alors de se mettre à la composition et à l’écriture avec des titres à la mélodie pop-rock. Ses textes sur l’amour et la société lui valent le surnom de « Lenny Kravitz de la scène française » et lui attirent un public majoritairement féminin.

Sa rencontre, en 1993, avec l’artiste peintre Fabienne Rebouillet l’oriente vers les arts plastiques. Après des années d’initiation et de recherches des formes et des couleurs, il exprime à travers ses tableaux, sa joie de vivre insouciante et son optimisme. Passionné de sport, Dial s’investit dans les arts martiaux japonais tels que le « Kendo » et le « Iaido » (l’art du sabre) pour « discipliner sa vie et calmer son tempérament explosif ».

Cet auteur, compositeur, chanteur, danseur et peintre au tempérament de feu a présenté son premier album solo, Je rêve, à L’Européen en octobre 2009, avec, en première partie de la chanteuse française de pop-rock, Cody…

Site : http://www.artistenco.com

 

par   Nago Seck  21 septembre 2007 - © Afrisson

Discographie

News

Dial
 
Dial le Lenny Kravitz de la scène française fait l’Européen

En voilà un qui détonne sur la scène mbalax. C’est Dial, artiste prometteur de la scène sénégalaise et internationale tendance R&B et soul. A la manière du rwandais Corneille, il a tourné le dos à un style trop ancré dans le paysage national pour s’orienter vers une musique influencée par Otis Redding, James Brown. Ses shows toniques et sa voix éraillée loin des tonalités de Youssou Ndour font déjà un malheur auprès de la gente féminine. A l’occasion de la sortie de son premier album , Je rêve, produit par le label Kavall Records dirigé par le sénégalais Ibrahim Gueye et réalisé et arrangé par Philippe Osman ((Florent Pagny, Vanessa Paradis, Renault…), il s’offre une grande salle parisienne, l’Européen . Un artiste à suivre. A venir à Saraaba, l’espace culturel africain de Paris et en partenariat avec l’ambassade d’Indonésie, les rencontres Afrique Asie au cours desquelles le Sénégal rencontre le Tibet et la Chine, le Gabon et le Zimbabwe, l’Indonésie et la Tunisie, les percussions ouiggour et bien d’autres. Un évènement exceptionnel qui se déroulera sur 11 jours , du 5 au 15 Novembre 2009. Toutes les infos bientôt sur http://www.saraaba.fr.