Afrisson

Biographie

Eko Roosevelt

   Louis Roosevelt Eko
Artistes Cameroun | Naissance : 1946 | Styles :  Afro-funk - Makossa - World Music / Musique du Monde

Né le 13 novembre 1946 à Kribi, une station balnéaire du golfe de Guinée, au sud du Cameroun, Louis Roosevelt Eko aka Eko Roosevelt est un musicien professionnel et musicologue. Il s’est formé à l’Ecole des Arts de Dakar, au Sénégal (1968-1970), à l’Ecole Normale de Musique de Paris (1970-1973) et au Conservatoire Musical de Gentilly (1973-1975), en France. Auteur-compositeur, producteur, pianiste-claviériste et interprète, Eko Roosevelt développe une musique tirée du makossa et teintée de funk, de disco, de soul ou de jazz. Il s’illustre en 1975 avec sa chanson “Nalandi” qui signifie “Je pars” ou “Je m’en vais”.

Principales créations discographiques

De 1975 à 1982, Eko Roosevelt sort chez Safari Ambiance ou sur son propre label Eko Music, plusieurs 45 tours et albums laissant entendre une fusion makossa, funk, disco, soul ou jazz. Paraissent en 1975 le 45T Mbemba’A Munyengue / Nalandi (qui signifie “Je pars” ou “Je m’en vais”) et l’album Nalandi (nouvelle version) / Take Me As I’am Now, suivis en 1976, de l’opus Safari Ambiance vol. 1 réunissant Eko Roosevelt, Sammy Massamba et Joseph Wadjeu, tous trois auteurs, compositeurs et interprètes. Dans cet album Colette Maniatakis de Safari Ambiance a composé 3 chansons, dont une avec Eko Roosevelt (“Ayelevi”), tandis que Vicky Edimo a composé le titre “Don’t Waste Your Time” interprété à Joseph Wadjeu.
En 1977, il enregistre l’album Kilimandjaro my home, et un an plus tard l’opus Funky Disco Music, suivi en 1981 du 45T Phone Me Tonight / Lobé mon ami. Cette même année, il participe, en tant que directeur artistique et claviériste, au Maxi 45T Afrik Makossa / Minsili Aya de la chanteuse Jenny G. Bikomo. Un an plus tard, paraît le 45T Fly Me Back To Kriby / Na so adé (qui signifie “C’est ainsi que je suis”).
Entre 1992 et 1994, il réalise des Anthologies de musique instrumentale et religieuse camerounaise (publiées sur support cassette).

Programme d’Etudes Avancées

Lors d’une première résidence à Nantes (France) en juin et juillet 2006, dans le cadre du Programme d’Etudes Avancées (préfiguration de l’IEA), Eko Roosevelt avait travaillé sur l’imprégnation du multimédia dans la création des formes de musiques en Afrique, et avait proposé une conférence sur “Déplacements et immigrations des peuples à travers les Âges en Afrique”.

Projet de recherche : “Conversations musicales africaines”

Eko Roosevelt s’intéresse à la mise en évidence de deux dimensions aujourd’hui indispensables à la musique africaine : la professionnalisation et l’enracinement traditionnel, qu’il convient selon lui d’encourager, à la fois pour faire rentrer cette musique dans la modernité et pour sauvegarder ses valeurs profondes et par extension la survie de son identité.

La préoccupation de la professionnalisation (et par extension celle de la modernisation) se trouve envisagée dans les réflexions autour de l’ouvrage de recherches et d’entretiens préparé en collaboration avec le Prof. Martin Ndende de l’Université de Nantes, et intitulé : “Musique et combats pour la vie en Afrique”. Cet ouvrage puise sur l’expérience professionnelle de l’auteur formé à “l’école moderne” en Europe, et sur les problématiques rencontrées par les artistes de sa génération pour protéger leurs œuvres, s’ouvrir au monde, et mieux vivre de leur art. C’est, en définitive, une intéressante projection sur l’avenir de la musique africaine.

En revanche, la préoccupation de l’enracinement traditionnel garante de l’identité profonde de la musique africaine sera exprimée à travers un répertoire musical bantou construit au terme d’une longue recherche menée par l’artiste (doublé de chef traditionnel) sur plus de 10 ans. C’est une démarche exploratoire personnelle sur la sève identitaire de la musique africaine

Reconnaissance

Eko Roosevelt est Chef traditionnel et Officier d’Etat-civil du village de Lobé à Kribi, au Cameroun, depuis 1997. Il a reçu les grades de Chevalier (1992), Officier (2002) et Commandeur (2012) de l’Ordre de la Valeur du Cameroun.

* Source : http://www.iea-nantes.fr/

 

par   Nago Seck  31 mai 2007 - © Afrisson