Afrisson

Mamani Keïta et Marc Minelli

Disques - CD  |   France -  Mali  |  Electro Bamako (Marc Minelli)  |  Mamani Keïta  | Parution : 2001  | Label :  Emarcy Records - Universal

Titres :
1. N’Ka Willy
2. Abdoulayi Djodo
3. Mirri Ye
4. Macary
5. Laydou
6. Demisenoun
7. Nedjagne
8. Nani
9. Djonni
10. Si Gui Té Mogoson

L’album Mamani Keïta et Marc Minelli d’Electro Bamako, c’est la rencontre entre la chanteuse malienne Mamani Keïta et le réalisateur, arrangeur et guitariste français Marc Minelli. C’est aussi le croisement des sonorités et vocalises mandingues, notamment malinké et bambara, avec l’électro, le jazz, le blues ou la pop...

L’album laisse entendre toute la virtuosité vocale de Mamani Keïta, comme dans “N’ka Willy”, le titre le plus diffusé par les radios. Beaucoup plus habituée aux musiques acoustiques, elle découvre pour la première fois les musiques électroniques et toutes les possibilités qu’elles peuvent offrir. Elle est même surprise par le timbre de sa propre voix qu’elle ne reconnaît pas à première écoute.

Sa voix claire et haut perchée est soutenue par les compositions électro/jazz de Marc Minelli, un Havrais qui a grandi aux sons de la pop music et du rock. Les couleurs mandingues données par le balafon et le ngoni croisent les violoncelles, saxophone, piano et guitares. Un réel pont culturel entre l’Afrique et l’Occident réussi grâce aux échantillonnages.

Fiche :Mamani Keïta (auteure, compositrice, voix) ; Marc Minelli (compositions, arrangements, programmations, samples, DJ) ; Eli Chemali (piano) ; Laurent Jais (basse) ; Djély Moussa Kouyaté / Patrick Castille (guitares) ; Lassina Konaté (balafon) ; Moriba Koïta (ngoni) ; Stan Steiner (violon) ; Ludovic Louis (trompette) ; Elie Chemali / Pascal Simoni (piano) ; Daniel Paboeuf (clarinette) ; Laure Kling (cello) ; Elie Chemali (keyboards) ; Sweet George (arrangements)

Enregistrements : Jean Do Grossard
Mixage : Laurent Jais / Sylvain Mercier
Mastering : Jean-Pierre Chalbos
Artwork – Les Télécréateurs
Production : Marc Minelli / Livio Connena

 

par   Nago Seck  15 mai 2007 - © Afrisson