Afrisson

Biographie

Fatai Rolling Dollar

   Prince Olayiwola Fatai Olagunju
Artistes Nigeria | 1927-2013 | Styles :  Juju - Highlife

Né le 22 juillet 1927 à Ede, au Nigeria, Prince Olayiwola Fatai Olagunju aka Fatai Rolling Dollar (ou Fatayi Rolling Dollar) est un très célèbre auteur-compositeur, guitariste et chanteur de highlife et de juju music yoruba de la scène musicale nigériane. Il meurt paisiblement dans son sommeil le 12 juin 2013, à l’âge de 86 ans.

Ses débuts et son influence

Fatai Rolling Dollar commence sa carrière musicale en 1953, s’illustrant par sa dextérité et son jeu de guitare spécifique qui séduiront de nombreux musiciens dont Fela Anikulapo Kuti, King Sunny Ade, Ebenezer Obey et Orlando Owoh, avec lesquels il collaborera ou partagera la scène. En 1957, Fatai Rolling Dollar fonde son groupe Federal Rhythm Brothers avec lequel il enregistrera de nombreux albums pour Phillips Records (West Africa).

Fatai Rolling Dollar a aussi collaboré avec plusieurs de la jeune génération, dont 2Face Idibia ou encore Styleh. D’autres, comme DJ Vince Gbenga, continuent encore aujourd’hui à remixer ses chansons, perpétuant ainsi son immense oeuvre.

La traversée du désert

Profondément touché par la mise à sac violente dans la nuit du 18 février 1977 de la République Kalakuta auto-proclamée du Black President Fela Anikulapo Kuti par le pouvoir militaire d’Olusegun Obasanjo, en réponse au contre festival qu’il a organisé lors du FESTAC de Lagos, Fatai Rolling Dollar, qui venait de perdre sa maison et tous ses biens musicaux, se retire dans une petite cabane à Mushin, une commune populaire de la banlieue de Lagos. Pendant les 25 années suivantes, c’est la traversée du désert : Fatai Rolling Dollar travaillera comme agent de sécurité dans un complexe sportif, puis comme guitariste de la chorale de l’église locale.

Le retour de Fatai Rolling Dollar

Suite à un article du journaliste Funso Aina relatant les galères de Fatai Rolling Dollar, père de dix enfants, sa carrière est relancée grâve à la mobilisation de certains artistes nigérians et de l’Institut Goethe. Cette initiative aboutira à l’enregistrement, en 2002, d’un album produit par le label nigérian Jazzhole Records dirigé par Olakunle Tejuoso, "Returns". Sur les conseils de Joël Bertrand, directeur du Centre Culturel Français (CCF) et de l’Alliance Française de Lagos, Fatai Rolling Dollar est programmé en 2003 à la deuxième édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde à Rabat, au Maroc.

"Won Kere Si Number Wa" : son gros hit

Paru en 2003, son album "Won Kere Si Number Wa" où il apparaît sur la pochette avec un béret noir marque l’opinion et le fait rentrer définitivement dans l’histoire de la musique africaine. Cette chanson devenue son gros hit est encore considérée par ses compatriotes comme un classique de la musique nigériane. Le contemporain d’Ayinde Bakare, de Julius Araba, d’Eddy Fasaiye et de Seni Tejuosho l’interprétera en 2010 lors de son concert à Paris, en France. Sa chanson "Morocco Special" est dédiée au Maroc, le pays qui l’avait accueilli pour relancer sa carrière, lors de la deuxième édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde à Rabat en 2003.

Figure emblématique du highlife et de la juju music yoruba ayant tourné dans plusieurs villes d’Afrique, d’Europe, des Etats-Unis et à Cuba, Fatai Rolling Dollar meurt paisiblement dans son sommeil le 12 juin 2013, à l’âge de 86 ans. Le Président du Nigeria Goodluck Jonathan (entre 2010 et 2015) et plusieurs artistes, toutes générations confondues, rendront un vibrant hommage à cette légende de la musique nigériane enterrée à Ikorodu, à Lagos.

 

par   Nago Seck  11 juin 2007 - © Afrisson