Afrisson

Guinée Bissau

Guinée Bissau


Pays  | Indépendance-Libération : 1974 | 36.125 km² - 1.345.479 h

Entre culture mandingue et lusophone

Entre cultures mandingues et lusophones, la Guinée Bissau est traversée par divers courants musicaux. Chaque ethnie du pays possède un rythme dominant : les percussions utilisées sont le bloum-bloum ou tambour d’appel et le mandaga, un jeu de trois tambours : un sabar (solo) et deux koutils (basse et rythmique). Certaines ethnies rajoutent un quatrième tambour, le boumbouloum ou bambol, un tambour d’appel. Les rythmes les plus courant sont le brassa joué par les Ondames du Centre, les Mankagnes et les Mandjaks du Nord (repris dans tout le pays) et le nalou du sud.

Malam Camaleon et José Carlos Schwartz

JPG - 17.9 ko
José Carlos Schwartz

Ces divers styles musicaux sont revisités dans les années 50/60 par Malam Cameleon, fin connaisseur du patrimoine national. En 1969 naît le Kubiana Jazz (futur Orchestre National), groupe pionnier du pays qui rénove les musiques traditionnelles, chante en créole et s’engage dans la lutte pour l’indépendance. Son chanteur et leader José Carlos Schwartz, emprisonné en 1971 sous la dictature de Salazar et mort en 1977 dans un étrange accident d’avion à la Havane, fut un compositeur-poète à la fois prolifique te polémique. Sa combinaison de rythmes locaux et de musiques caribéennes, brésiliennes et portugaises a inspiré de nombreux artistes de tout l’espace lusophone dont Voz di Cabo Verde, l’Angolais Bonga et la formation Issabary.

Goumbé et koussoundé

JPG - 113.1 ko

Célèbre au Portugal pour son style bouillonnant alliant la rumba congo-zaïroise aux rythmes syncopés du goumbé de Bissau (à base de percus) et du koussoundé des Balantes (joué avec le boumbouloun, long tam-tam effilé), Issabary fait partie de la nouvelle vague bissau-guinéenne porteuse de divers courants musicaux. La tendance mandingue est développée notamment par Kaba Mané, adepte du koussoundé et du madiana, et Salvador Tchando Ambalo aux accents peuls. Quant à Nkassa Cobra, Tabanka Jazz, Maio Cooperante, Naka Ramiro (spécialiste de goumbé), José Zemanel et le groupe Super Mama Djambo d’Adriano Atchutchi (auteur-compositeur), ils contribuent au rayonnement du goumbé des lambats (griots).

 

par   Sylvie Clerfeuille  11 mai 2007 - © Afrisson

Disques

Disques
 

News

News
 
Monica Pereira rend hommage à Cesaria Evora (1941-2011)
En ce 1er jour de l’an 2017, la chanteuse originaire de Guinée Bissau, Monica Pereira, lance sur les plateformes de téléchargement "Ave Cesaria", un vibrant hommage à Cesaria Evora, la diva capverdienne disparue le 17 décembre 2011.
Le clip de cette magnifique morna enregistrée en duo avec le pianiste Olivier Corre, et chantée en français, est filmé par Yann Gateau au Radisson Blu de Nantes, en France.
 
 
situ