Afrisson

In the heart of the moon

Disques - CD  |   Mali  |  Ali Farka Touré - Toumani Diabaté  | Parution : 2005  | Label :  World Circuit

Titres :
1. Debe
2. Kala
3. Mamadou Boutiquier
4. Monsieur Le Maire de Niafunké
5. Kaïra
6. Simbo
7. Ai Ga Bani
8. Soumbou Ya Ya
9. Naweye Toro
10. Kadi Kadi
Gomni
11. Hawa Dolo

Premier album d’une trilogie, In the heart of the moon (World Circuit) est une rencontre inédite entre deux genres musicaux qui ne se croisent jamais. Ali Farka Touré, le géant du blues songhaï creuse les sillons d’une musique profondément terrienne du Nord du Mali tandis que Toumani Diabaté est un pur produit de la musique de cour, immergé dans cette culture "noble" des djélis (griots) "nyamakala" et virtuose de l’instrument roi de la musique mandingue, la kora, dont il propose un jeu ouvert et complexe. Ali Farka Touré a joué dans les années 1960 avec le korafola Sidiki Diabaté, le père de Toumani.

Rencontre de générations et de genres musicaux, In the heart of the moon est d’abord et avant tout la transmission d’un flambeau : couronné sur le plan international, retiré dans sa terre de Niafounké dont il rêve de faire une petite Suisse à force d’irrigations, le maire Ali Farka Touré qui a troqué la tenue occidentale pour le boubou s’apprête à rentrer dans cet âge respectable de la sagesse et cherche un fils spirituel dont il fera le porte drapeau de la scène nationale. Il organise à cet effet une rencontre entre son producteur londonien (Nick Gold) et Toumani Diabaté. En quelques heures et sans répétitions, les deux artistes ont enregistré en juillet 2004 des compositions personnelles comme "Monsieur le Maire de Niafunké" mais surtout des grands classiques de la musique mandingue dont "Debe", "Bala", "Kaïra", "Mamadou Boutiquier", "Kadi Kadi", "un livre d’histoire" plutôt qu’un album selon les termes de Toumani Diabaté. Entre la gamme heptatonique de la kora et celle pentatonique de la guitare, le miracle va s’opérer grâce au talent naturel d’improvisateur des deux artistes et à la modestie d’Ali Farka Touré. Il offre ici une voie royale (noblesse oblige !!) à la kora de Toumani Diabaté, subtile, variée, dansante, virevoltant comme une danseuse sur les cordes lentes de la guitare cool et profonde du "Mollah de la musique malienne". Merveilleux cadeau d’un homme entier, aussi généreux qu’il peut être radical dans ses positions : interrogé sur l’absence presque totale d’artistes africains à l’initiative de Bob Geldof (le concert Live8 organisé le 2 juillet 2005 simultanément dans huit villes d’Europe pour lutter contre la pauvreté en Afrique), il dénonce tout à la fois le rocker irlandais « qui veut se faire de la promotion sur le dos de l’Afrique » et Youssou Ndour (seul africain invité), "un Africain qui ne fait même pas de la musique africaine. Il a accepté de participer à leurs magouilles". Comme quoi, la vieillesse n’est pas toujours synonyme de sérénité, même en Afrique !!

Fiche : Ali Farka Touré (auteur, compositeur, arrangeur, guitare, voix 1/7) ; Toumani Diabaté (auteur, compositeur, kora) ; Ry Cooder (piano Kawai 3/7 – guitare Ripley 12) ; Sékou Kanté (basse 7/8/9) ; Orlando "Cachaito" Lopez (basse 11/12) ; Joachim Cooder (percussions 3/5/11) ; Olalekan Babalola (percussions 4/11) ; James Thompson (shekere)

Production : Nick Gold pour (World Circuit)
Prise de son : Jerry Boys (Hôtel Mandé – Bamako - Mali)
Assistant : Yves Wernert
Prise de son additionnelle : Sound City Studios (Los Angeles) / Studio Bogolan (Bamako) / Egrem Studios, Havana & Livingston Studios (Londres)
Mixage/mastering : Tom Leader / Jerry Boys (Livingston Studios – Londres)

 

par   Nago Seck - Sylvie Clerfeuille  26 août 2007 - © Afrisson