Afrisson

Biographie

Jack Lerole


Artistes Afrique du Sud | 1940-2003 | Groupes :  Black Mambazo - Mango Groove | Styles :  Kwela (Jive)

Surnommé « Big Voice », Jack Lerole fut une des grandes figures de la kwela des années 1950 et le leader du groupe « Elias and His Zig Zag Jive Flutes » qui a connut un succès international avec le tube « Tom Hark » . aaron Jack Lerole a connu un retour sur scène en 1998 et s’est produit aux États-Unis en compagnie du Dave Matthews Band. Sa vie a fait l’objet de deux documentaires : « Back to Alexandra. » et "The Whistlers".

Alexandra Black Mambazo

Né dans le township d’Alexandra en 1940, Aaron Jack Lerole s’initie au pipeau (pennywhistle) dès l’adolescence en compagnie de son frère Elias Lerole. Il forme bientôt un groupe avec David Ramosa et Zeph Nkabinde et s’arment de tomahawks pour se défendre contre les gangs. Contrairement aux autres formations de kwela, le groupe s’enrichit d’une guitare et d’harmonies vocales. Le groupe prend à cette époque plusieurs noms : « Alex Shamba Boys », « Alexandra Black Mambazo », et « Elias and His Zig Zag Jive Flutes ». (les jive flutes signifiant pipeaux ou penny whistles).

Tom Hark

En 1956, le groupe signe un contrat avec le producteur Rupert Bopape de EMI et enregistre plusieurs morceaux dont le titre « Tom Hark », un jeu de mot sur le nom « tomahawk ». Composé en 1927 par Herbert Farjeon, « Tom Hark » devient un tube et le jingle d’une émission britannique très populaire, The Killing Stones. Numéro 2 des charts britanniques en 1958, le single se vendra à 3 millions d’exemplaires à travers le monde. Rerpsi par de nombreux artistes (Millie Small et Georgie Fame and the Blue Flames en 1964, and The Piranhas en 1980. Stewart Lee en 2009, le morceau sera même très populaires dans les fanfares animant les clubs de football anglais.

Carrière solo

Plus connu en Afrique du sud sous le nom d’« Alexandra Black Mambazo », le groupe de Jack Lerole se produit dans les salles de danse d ela région de Johannesburg. Il développe un style vocal mettant en valeur sa voix rauque et faisant de lui un des premiers groaners (voix rauque utilisée dans le mbaqanga) du pays. Zeph Nkabinde, frère de Simon Mahlatini Nkabinde s’oriente lui aussi vers la profession de groaner.

Carrière américaine

En 1963, Big Voice entame une carrière solo et enregistre des succès comme « Blues Ngaphansi ». Blues Ngaphansi. Avec la montée en force du mbaqanga, Jack Lerole troque son pipeau contre un saxophone et enregistre de nombreux tubes comme "Cherry Beat", "Big Voice Jack", "Tully La Fluter" et "Bongo Twang Jive". Il intègre le groupe « Mango Groove » dans les années 1980.

Dans les années 1990, Jack Lerole alias Big Voice fait l’objet de deux documentaires, « The Whistlers », produit par Chris du Plessis puis « Back to Alexandra. » réalisé par Jonathan Dorfman. Le groupe Alexandra Black Mambazo se reforme alors et tourne dans les clubs. En 1997, Brad Holmes, le patron du Bassline, leur manager, organise une rencontre avec le Dave Matthews Band. Le groupe tourne l’année suivante aux États-Unis en compagnie de la formation américaine. Un album, Colours and moods est enregistré en live au Bassline la même année. En 2002, il enregistre le disque Zimanukenzeka avec le guitariste chanteur zimbabwéen Louis Mhlanga.

En 2003, Jack Lerole s’éteint à Soweto des suites d’un cancer de la gorge. Ses enfants perpétuent la tradition de la kwela au sein du groupe Kwela Tebza.

Sources :

http://en.wikipedia.org/w/index.php...
http://journeytoforever.org/keith/k...
http://www.kwela.co.uk

Traduit de l’anglais et adapté par Sylvie Clerfeuille

 

par   Sylvie Clerfeuille  3 novembre 2012 - © Afrisson