Afrisson

Biographie

Jagwa Music


Groupes Tanzanie / Zanzibar | Création : 1992 | Styles :  Chakacha - Mchiriku

Issu des quartiers populaires de Dar es Salaam, Jagwa Music dont le leader est le chanteur Jackie Kazimoto est le groupe montant de la scène tanzanienne. Cette formation de 8 jeunes artistes, musiciens, chanteurs et danseurs jouent le mchiriku appelé aussi jagwa ou mnanda (tiré de kinanda, sanza locale), une musique urbaine mélange de divers musiques de danse tanzaniennes comme le chakacha et s’apparentant au konono et dans les chants à la rumba congolaise .

Guerre du Golfe et guerres musicales urbaines

Le groupe Jagwa Music nait en 1992, formé par des jeunes des rues (dala dala, dei waka et manamba), taxis clandestins. se réunissant dans le quartier populaire de Mwananyamala . Anciens membres d’un groupe de chakacha -style urbain de Mombasa mêlant chants de taarab, rythmiques zaramo (percussions) et sons urbains , se produisant dans les mariages et les célébrations familiales. Le nom Jagwa vient du français Jaguar , allusion à l’avion de chasse dont ils imitent le vol, et se positionnant comme le gorupe rival des Scud , une terminologie empruntée à la guerre du Golfe.

Du chakacha au mchiriku

Les premières musiques du groupe sont inspirées de chakacha mais l’arrivée des deux joueurs de kinanda (sanza remplacé par les claviers casio) Daliki and Diploma, font évoluer le style , forme d’électro tanzanienne, rebaptisé mchiriku. Plus groovy et électrique, intégrant sonorités d’instruments locaux (percussions zaramo, dumbak, hautbois locaux appelés nzumari, chekeche ou maracas, rikas ou tambourins,misondo ou basse locale) et sonorités urbaines (sons de mégaphones déformés, sonnettes de bicyclettes) . Leurs shows sont rendus également populaires grâce à leurs danses très toniques et acrobatiques entre break dance et danses de rue tanzaniennes. Très populaire auprès de la jeunesse tanzanienne, Jagwa Music a enregistré une douzaine de cassettes dans son pays natal Leurs chants qui évoquent les problèmes d ela jeunesse urbaine comme les meurtres d’albinos, le chômage, l’alcool, la drogue, l’infidélité des femmes et les paroles sont inscrites comme des slogans à l’arrière des taxis dala dala (taxi collectifs).

Bongo Hotheads

Révélés internationalement en 2011 par le Sauti za Busara Festival de Zanzibar , ils tournent en Europe du Nord la même année et la maison Cram Disc (Banda Bilili, Konono) produit en 2012 leur premier album international Bongo Hotheads.

 

par   Sylvie Clerfeuille  12 juin 2012 - © Afrisson