Afrisson

Biographie

Jean Bikoko Aladin


Artistes Cameroun | Naissance : 1939 | Styles :  AssikoSite internet

Auteur, compositeur et interprète, Jean Bikoko Aladin a largement contribué à la popularisation de l’assiko du Cameroun par sa virtuosité et sa technique de jeu de guitare, d’où son surnom de « sorcier de la guitare ».

Samuel Eto’o Fils, l’enfant de Song-Mbengue

Né en 1939 à Eséka, une petite ville de la forêt équatoriale au Centre du Cameroun, Jean Bikoko Aladin tombe amoureux de la guitare en écoutant des virtuoses de la commune forestière de Bonepoupa comme Henri Hiag, Massing et surtout Albert Dikoumé considéré comme l’un des précurseurs de l’assiko contemporain. Dès lors, il commence à gratter sur des guitares de fortune en ronce ou en bambou qu’il fabrique lui-même. Installé plus tard à Song-Mbengue, la commune cosmopolite du célèbre footballeur Samuel Eto’o Fils, Jean Bikoko Aladin travaille comme ouvrier le jour. La nuit, muni de sa guitare, il anime les cabarets et bars du village sans jamais percevoir son cachet perçu par son manager.

Samuel Eto’o Fils

Ecoeuré par devenu son mentor, Jean Bikoko Aladin rejoint Douala, ville portuaire et capitale économique du Cameroun. Là, il exercera de petits boulots de blanchisseur et de cuisinier…sans jamais perdre de vue la musique. Sa rencontre avec le virtuose de la guitare Alexandre Ekong, une grande vedette qui passe souvent à Radio Douala, va changer sa vie. Ce dernier lui explique les ficelles du showbiz et qu’il fallait être prêt à « remplir deux grands barils d’eau de puits » pour être invité à la radio. Aussitôt dit, l’ex cuisinier du forestier Bienes à Bonepoupa, se met à la tâche et va pour la première fois interpréter sur les ondes deux compositions aux lignes de guitare tournoyantes et chantées en bassa (sa langue) : « Mbimba » (l’aura) et « Koo wada a man lolo » (les petits pas du caneton). C’est le succès immédiat et le début d’une renommée nationale. Bientôt, le producteur Joseph Tamla du label Afrique Ambiance et l’ingénieur du son Samuel Mpoual le prennent sous leurs coupes. Quelques mois plus tard, ils produisent son premier 45 tours Mbimba / Koo wada a man lolo. Nous sommes à la fin des années 1950 et Jean Bikoko Aladin perçoit ses premiers droits d’auteur s’élevant à 300.000 F CFA…Une fortune à l’époque.

Jean Bikoko Aladin et Manu Dibango

Manu Dibango

A cette époque où l’assiko est joué en acoustique (guitare, bouteille, fourchette), Jean Bikoko Aladin innove en accélérant la rythmique avec l’introduction de la guitare électrique, la contrebasse et les tambours. Il y ajoute aussi la danse. Encadré par ses producteurs qui voient en lui une future grande vedette, il commence à tourner dans les divers clubs du littoral, partageant même la scène avec Manu Dibango lors d’un mariage de la jet set camerounaise où il remporte un vif succès. A la suite de cette soirée mémorable, Jean Bikoko Aladin monte une formation orchestrale, Jean Bikoko & ses Hetlers, qu’il présentera au Wouri, l’unique salle de cinéma encore ouverte à Douala. Cet évènement lui rapportera 6.500.000 F CFA et débouchera en 1962 sur un contrat avec le propriétaire du club Canne à Sucre à Edéa, Di Seppio, pour un cachet fixe mensuel de 35.000 F CFA plus des primes sur les entrées. Son album, Wanda ntet, paru en 1969 contribuera énormément à la diffusion de l’assiko sur la scène internationale.

Maître Jean Bikoko Aladin

Devenu la vedette de l’assiko, Jean Bikoko Aladin & ses Hetlers sont invités dans plusieurs pays d’Afrique et participent à nombre de manifestations officielles dont le Festival Culturel Panafricain d’Alger en 1969, l’année de la sortie de son 33T Wanda ntet, et le Festival des Arts Nègres de Lagos en 1977. Entre-temps, Jean Bikoko Aladin ouvre dans sa ville natale d’Eséka un bar restaurant auberge (1972), mais ce projet ne durera pas longtemps. Il assurera les premières parties de Tino Rossy et de Claude François en tournée au Cameroun et sera invité à dîner chez le couple Johnny Hallyday / Sylvie Vartan lors de sa venue en France.
Auteur de nombreux titres dont les populaires « Di yanna », « Hiki djam ligwe nguen », « Makabo Maoo », « Saï mbog », « A yiga tjo me », « Wanda ntet », « Ndutu bakeke » ou encore « Jolie Yem », Jean Bikoko Aladin réalise en 2003 Um Nyobo, un album hommage à Ruben Um Nyobe, leader nationaliste camerounais et un des pionniers des indépendances en Afrique francophone né en 1913. Il sera assassiné le 13 septembre 1958. Suivra en 2008 Assiko Story (CD/DVD). Considéré au Cameroun comme le « sorcier de la guitare », cet immense compositeur de l’assiko moderne est bien le maître de nombreux artistes dont Asta Djimbé Ngo-Oun Touk, Sam Babe, Samson Chaus Gars, Anny Gold, Anathole Duro, Défense, Mongo Mbea, Viviane Etienne, Paul Balomog, Fleur Devault, Kilama, Kon MBogol, Nella, Kristo Numpuby et bien d’autres encore…

 

par   Nago Seck  4 mai 2007 - © Afrisson

News

Jean Bikoko Aladin
 
Seydina Insa Wade le retour

Il y a des artistes qui marquent une scène nationale en profondeur mais il faut attendre plusieurs décennies pour découvrir leur talent. C’est le cas de Seydina Insa Wade, père du folk sénégalais qui reçut des tomates au Festival des Arts Nègres en 1966 pour avoir osé chanter en wolof !!! Fasciné par les classiques sénégalais et européens, il nous revient avec un nouvel album , Reënes.