Afrisson

Biographie

Jerry Malekani


Artistes Congo Kinshasa - RDC | 1938-18/07/2011

Si la musique africaine parle à votre tête et à vos jambes, vous ne pouvez pas ne pas connaître Jerry Malekani aka « Bokilo », ce guitariste congolais qui offre ses chapelets de notes joliment piquées à Manu Dibango depuis 1972.

Né en 1938, Jerry Malekani dit « Bokilo » commence sa première tournée à 15 ans. Dans les années 1960, il intègre comme guitariste le groupe Ryco Jazz (ou Ry-Co, contraction de Rythmes Congolais) composé de Freddy N’kounkou (lead vocal), Jean-Serge Essous (sax, clarinette, voix, chœurs), Mbilia Casimir (batterie, congas, chœur), Pierre Ndinga (guitariste accompagnement), Panda Gracia (basse), Fidel Bateke (clarinette, chœurs) et Chico Gelman (basse, chœurs). Avec cette formation, il tourne à travers toute l’Afrique : Congo Kinshasa (RDC), Nigeria, Côte d’Ivoire, Ghana, Liberia, Guinée, Sierra Leone, Gambie. A Dakar (Sénégal), Jerry Malekani enregistrera un album pour le label français Vogue. En 1964, Ryco Jazz joue dans plusieurs salles parisiennes…
De 1966 à 1967, Jerry Malekani « Bokilo » est, en compagnie de Manu Dibango (piano) dans l’African Team de Joseph Kabasélé dit « Grand Kallé Jeff ». En 1967, il est sollicité par ses amis du Ryco Jazz pour une tournée en Martinique et en Guadeloupe où ils sont produits par l’auteur, compositeur, interprète et producteur, Henri Debs. Un an durant, le groupe animera les nuits chaudes de l’hôtel Gallery Bakoua de la Martinique et fera aussi une tournée dans divers autres pays (Grenade, Guyane, Porto Rico, Vénézuéla, Barbade).

Manu Dibango

Les rythmes émoustillants de la rumba congolaise et des musiques populaires urbaines africaines que Jerry Malekani injecte savamment dans son répertoire font un malheur dans les îles. C’est lui qui découvre le batteur guadeloupéen Claude Vamur (Kassav’) et le présente à Manu Dibango. Ses multiples pérégrinations sur l’ensemble des continents lui ont permis de s’imprégner de courants extrêmement divers. Il adore en outre le jazz : ses maîtres se nomment Wes Montgomery, Charlie Christian, Kenny Burrell…
Son riche itinéraire rend son album éponyme (Bleu Caraïbes – 1990) précieux à nos oreilles et à notre coeur. Des écoutes répétées aident à capter les subtilités d’une musique généreuse qui appelle à la danse. Il s’inspire des musiques populaires - urbaines ou villageoises - du continent noir. Mais il s’en distancie habilement par des arrangements très soignés et une production (due à Slim Pezin, ancien compagnon de Manu Dibango) : soukouss qui s’encanaille avec l’afro zouk (« Losako ») ou avec le jazz-rock (« Soukouss »), traitement de voix à la manière pygmée (« Zamba », « Pygmées »)…Le grand frère Manu Dibango) qu’il a accompagné dans la plupart de ses albums mais aussi sur scène a offert son souffle à cet album qui nous empêche de danser idiot.
Le lundi 18 juillet 2011 à Paris, Jerry Malekani « Bokilo », guitariste expert qui a fait les beaux jours de divers groupes, disparaît suite à une longue maladie.

* Crédit photo : Jéroniidis / Ngoma (collection Nago SECK)

 

par   Nago Seck  5 septembre 2011 - © Afrisson