Afrisson

Biographie

Johnny Clegg


Artistes Afrique du Sud -  UK (United Kingdom) | Naissance : 1953 | Groupes :  Juluka - Savuka | Styles :  Mbaqanga - Afro-rock - Folk - IsacathamiyaSite internet

Surnommé le “Zulu blanc”, Johnny Clegg a opéré dans les années 1980 une fusion rock, folk et musiques sud-africaines. Son duo avec Sipho Mchunu fut, après le Blue Notes de Chris McGregor dans les années 1960, un des rares groupes multiraciaux d’Afrique du Sud. Johnny Clegg a publié de nombreuses études sur les musiques zulu.

Culture africaine

Né le 7 juin 1953 à Bacup, aux environs de Rochdale près de Manchester, Johnny Clegg est le fils de Denis Clegg et de Murial Brando, une chanteuse d’origine juive lituanienne et polonaise. Il grandit au Zimbabwe où il apprend le ndebele puis après un séjour dans une pension britannique, s’installe en Afrique du Sud à l’âge de 7 ans lorsque sa mère épouse Dan Pienaar, un journaliste sud-africain. Son séjour en Zambie, un pays sans apartheid, les deux années suivantes, provoque son premier choc culturel : il se plonge alors dans l’étude des musiques et des instruments africains.

A Johannesburg, encouragé par son beau-père, amoureux des musiques africaines, il s’initie aux techniques de guitare zulu auprès de Mntonganazo Mzila, danseur guitariste employé dans la maison voisine. Ce dernier lui ouvre les portes du monde des travailleurs migrants, lui apprend le Ihhlangwini (danse de bâtons zulu), et les techniques de guitare. A 14 ans, en compagnie de Mzila, il joue dans les shebeens (bars clandestins) et les « hostels » des ghettos noirs. A seize, il danse plusieurs fois par semaine avec les Zulus.

Sipho et Jon

Marginalisé par la société de l’apartheid, harcelé par les autorités, Johnny Clegg se fait bientôt une solide réputation de guitariste dans la tradition des musiciens de rue qui lui font rencontrer Sipho Mchunu. Ensemble, ils jouent dans les rues, les campus (Johnny fait des études d’anthropologie sur les musiques Zulu à l’Université de Witwatersrand et du Natal) et défient l’apartheid. En 1976, sous le nom de « Sipho et Jon », ils enregistrent « Woza Friday » puis forment le groupe Juluka qui sort en 1979 chez CBS « Universal man », synthèse entre les chants Zulu très rythmiques et les sonorités mi-folk mi-rock, puis « African Litany » en 1981 comportant le hit « Impi » qui signe leur reconnaissance nationale. Le texte évoque une bataille entre Britanniques et Zulus qui s’est terminée par une victoire zulu et la musique séduit aussi bien la jeunesse blanche que noire.

Juluka

Ce groupe très populaire bientôt interdit de presse et de radios par les autorités est découvert par la presse étrangère à partir de 1982 avec la sortie de "Scatterlings of Africa". Le groupe tourne dans le monde entier et collectionne les disques d’or et de platine. Mais cette reconnaissance internationale comporte aussi son lot de déceptions : Sipho s’aperçoit que l’Occident n’est pas la terre d’égalité dont il rêvait, la presse britannique accuse Johnny Clegg de piller le patrimoine culturel zulu, les maisons de disques américaines veulent bien les produire mais en imposant une couleur plus rock dans leur musique et trouvent que les paroles en zulu nuisent à la dimension commerciale de la musique du groupe. Les concessions consenties pour l’album « Work for all » déplaisent à Sipho qui décide d’abandonner la musique et se retire dans son village du Kwazulu. Il donnera le 28 avril 1985 son dernier concert en soutien à l’UDF (United Democratic Front), signant ainsi la fin de Juluka.

Savuka

Savuka (nous sommes nés), sa nouvelle formation, plus rock, apparaît en 1987 avec la sortie de « Third world child » comportant ses deux grands tubes « Asimbonanga » (évoquant Mandela et dédié à Dulcie September) et « Scatterlings of Africa » (les dispersés d’Afrique). C’est le triomphe en France où Johnny Clegg rencontre personnalités politiques (Rocard, Danielle Mitterrand), stars françaises (Renaud) et africaines dont Mory Kanté avec qui il signe l’album « Take my heart » aux couleurs mandingues et Zulus. Au moment où Johnny Clegg sort l’album « Cruel, Crazy, Beautiful world » , et son titre « one man one vote », le syndicat des musiciens anglais refuse sa participation à la célébration du 70° anniversaire de Mandela à Wembley.

Malgré ses déboires, Johnny Clegg voit son quatrième album « Heat, Dust and Dreams » sélectionné pour les Grammy Awards dans la catégorie « Best World Music » et obtient le Bilboard Music Award du meilleur album du monde en 1993.

Le retour de Sipho

En 1994, quand Mandela sort enfin de prison, Johnny Clegg retrouve son ami Sipho Mcunu décidé à reprendre sa vie de musicien. Il sort son « Best Of In My African Dream » et en 1997, Juluka se reforme avec la sortie de « Ya Vuka Inkunzi » (The Bull has Risen).

Durant toutes ces années post-apartheid, Johnny Clegg s’attache à revaloriser le patrimoine sud-africain menacé selon lui par la globalisation et le désintérêt de la bourgeoisie noire sud-africaine pour les cultures nationales. Il a également investi dans la compagnie African Sky qui récupére les composantes des cellulaires et ordinateurs pour en recycler les métaux. Il se bat également pour une véritable lutte contre le Sida (“Aids” en anglais), un fléau en Afrique du Sud. Le 29 Novembre 2003 au "Green Point Stadium", à Captown (Afrique du Sud), Johnny Clegg participe, en compagnie de nombreux autres artistes et groupes, au concert 46664, organisé par Nelson Mandela afin de récolter des fonds pour sa fondation qui œuvre pour la prévention et lutte contre le VIH (Sida) en Afrique-du-Sud.
46664 est le numéro de prisonnier de Nelson Mandela depuis le début de sa détention en 1964 jusqu’à sa libération en 1990.
Cet événement fera l’objet de trois CD Live et d’un DVD intitulés 46664 : The Event, dont le bénéfice des ventes sera intégralement versé à la Fondation Nelson Mandela.

Johnny Clegg, Docteur Honoris Causa

En 2006, il signe l’album « One Life » dont un titre sur les enfants soldats, « Boy Soldier », et une chanson en français, « Faut pas baisser les bras ». L’année suivante, il reçoit le Honorary Doctorate of Music de l’Université de Witwatersrand. En décembre 2009, il participe à la bande originale du film « Invictus » réalisé par Clint Eastwood sur le parcours de l’équipe d’Afrique du Sud de rugby à XV, championne du monde en 1995 avec le morceau « The Crossing (Osiyeza) ». En 2010, « Ibhola Lethu », sa chanson sur le racisme dans les stades sous l’apartheid, période où les équipes de Soweto dominent le footbal sud-africain mais les Noirs interdits de stade avec les Blancs, est choisie comme hymne de la Coupe du Monde de Football en Afrique du Sud. Quelques mois plus tard, sort l’album Human dont un titre sur le conflit au Congo Kinshasa (RDC) (« Congo »).

 

par   Sylvie Clerfeuille  9 décembre 2007 - © Afrisson

News

Johnny Clegg
 
Coupe du Monde - La vuvuzela à l’honneur

En cette période de festivités sportives, l’Afrique du sud est à l’honneur. Mais elle nous réserve quelques surprises musicales , des bonnes comme l’album Spirit de Johnny clegg , et des moins bonnes comme l’invasion desvuvuzelas dans l’espace sonore. L’occasion d’en savoir plus sur cette trompe zulu. Et d’autres nouvelles en ce mois de juin comme le festival Lusofonia à Saraaba à l’occasion
du 35e anniversaire de l’indépendance des Palops. Bonne lecture et bonne écoute ....