Afrisson

Biographie

Jonas Gwangwa

   Jonas Mosa Gwangwa
Artistes Afrique du Sud | Naissance : 1941 | Styles :  Afro-jazz - Jazz - Kwela (Jive)

Né en 1941 à Orlando East à Soweto, un township de Johannesburg en Afrique du Sud, l’auteur, compositeur, arrangeur et tromboniste Jonas Gwangwa est une des figures emblématiques du jazz sud-africain (kwela (jive)). Il s’est révélé au sein de la formation Jazz Epistles, aux côtés d’Abdullah Ibrahim (ex Dollar Brand - piano), Kippie Moeketsi (sax alto), Hugh Masekela (trompette), Johnny Gertze (basse), Early Mabuza ou Makaya Ntshoko (batteurs). En 1961, lors de la tournée en Angleterre de la formation African Jazz and Variety avec leur fameuse comédie musicale « King Kong » créée en 1959 par Todd Matshikiza, Jonas Gwangwa profite de l’occasion pour s’exiler à Londres. Néanmoins, il assure l’intégralité de la tournée qui a duré un an...

A la fin de celle-ci, il rejoint les Etats Unis pour des études de musique à la prestigieuse Manhattan School of Music de New York où il y retrouve ses amis de la comédie musicale « King Kong » comme Hugh Masekela, Miriam Makeba, Caiphus Semenya et Letta Mbulu. A leurs côtés, il réalise sa première grande scène américaine en 1965 en participant au concert « Sound of Africa » au Carnegie Hall. Dès lors, Jonas Gwangwa continue à collaborer comme compositeur, arrangeur ou instrumentiste avec ses compatriotes, participant à plusieurs de leurs enregistrements discographiques.

En 1987, Jonas Gwangwa et le compositeur britannique de musiques de films, George Fenton, qu’il avait connu dans la capitale anglaise, réalisent la bande originale du film de Richard Attenborough, « Cry Freedom » (Le cri de la liberté), avec Kevin Kline, Denzel Washington... En 1988, année de la nomination de « Cry Freedom » pour le Grammy Award de la meilleure musique de film, il est invité au méga concert au Stade de Wembley à Londres pour les 70 ans de Nelson Mandela alors en prison. Jonas Gwangwa partagera la scène avec de grandes vedettes internationales dont Whitney Houston, Miriam Makeba, Simple Mind de Jim Kerr, Sting, Peter Gabriel, Youssou Ndour, Stevie Wonder, Jessye Norman, Steven Van Zandt, Harry Belafonte, The Farafina Drummers, George Michael, Tracy Chapman, Hugh Masekela, Dire Straits, Mahlathini & Mahotella Queens, Salif Keïta, Bee Gees, Paul Young, Natalie Cole, Joe Cocker, Phil Collins, Paul Carrack, Eurythmics, Amampondo, UB40 ou encore la comédienne Whoopi Goldberg...

En 1991, après 30 annéés d’exil, Jonas Gwangwa décide de retourner en Afrique du Sud où il composera, six ans après, « South African Olympic Bid » qui lui vaudra des nominations aux Oscars, Grammy Awards et Golden Globe Awards et des récompenses aux Ivor Novello et Black Emmy Awards. Mais il lui faudra attendre 1994 pour assister à l’élection de Nelson Rolihlahla Mandela dit « Madiba » (son nom clanique), le premier président noir d’une nouvelle Afrique du Sud démocratique.
Les années suivantes le verront enregistrer ses propres albums dont Flowers of the nation (2001), Sounds from exile (2001), A Temporary Inconvenience (2000) ou encore Kukude (2008)...

 

par   Nago Seck  1er décembre 2007 - © Afrisson