Afrisson

Biographie

Kélétigui Diabaté


Artistes Mali | 1931-30/12/2012 | Styles :  Musique Mandingue - Musique Classique AfricaineSite internet

Virtuose du balafon (xylophone en bois) mandingue, Kélétigui Diabaté a su transposer sur son instrument de prédilection des rythmes aussi variés que le jazz, la soul, le rhythm’n blues ou le funk. Ce multi-instrumentiste (violon, sax, guitare, trompette, flûte) né en 1931 à Kita à l’ouest du Mali) a posé avec beaucoup de délicatesse ses notes sur les musiques de divers groupes et artistes... Son magnifique album mandinkan Sandiya teinté de folk, de blues et de jazz prouve qu’il est bien l’un des meilleurs balafongistes d’Afrique...

Kélétigui Diabaté commence professionnellement en 1959 en participant à la création du premier orchestre national de Guinée initié par feu Ahmed Sékou Touré, le Sily Orchestre avec lequel il tourne dans le pays puis au Sénégal et en Côte d’Ivoire. A son retour au Mali en 1960, il est membre fondateur de l’Orchestre National « A » de Bamako en tant que guitariste. Il participera à l’enregistrement de l’album éponyme de la formation dont deux de ses titres « Djanfa » et « Douga » figureront dans la compilation Legendary Bands of Mali (Stern’s Mali Music – 1988). Bien vite, il étale ses talents d’excellent multi-instrumentiste, maîtrisant parfaitement le saxophone, la trompette et la flûte. Au milieu des années 1970, il intègre les Ambassadeurs où jouent Kanté Manfila et Salif Keïta et réalise avec eux des enregistrements et une tournée aux USA en 1978, sponsorisée par la Fondation Rockefeller. A cette occasion, il croise à Washington DC son balafon mandinkan au vibraphone jazzy de l’Américain Lionel Hampton.

Kélétigui Diabaté (guitare)

Les années 1980 / 1990 voient Kélétigui Diabaté poser avec finesse les notes complexes de son balafon sur les albums de divers artistes : [l’Ensemble Traditionnel du Mali, le Rail Band de Bamako, Salif Keïta, Amy Koïta, Tata Bambo Kouyaté, Djélimady Tounkara, le Rail Band du Buffet de la Gare de Bamako, Adama Diabaté, Toumani Diabaté, Kandia Kouyaté et bien d’autres ... Depuis 1998, il est une des pièces maîtresses du groupe Bamada de Habib Koité. Il y excelle aussi bien au balafon qu’au violon et participe à ses tournées internationales et à l’enregistrement du disque Baro en 2001 et du double album « live », Fôly ! en 2002. Entre-temps, Kélétigui et Habib Koité apparaissent en 2000 dans le projet « Art Ensemble of Africa », aux côtés de l’une des institutions du jazz US, Art Ensemble of Chicago.
Il faut attendre 2004 pour écouter le premier opus solo de ce balafongiste virtuose, Sandiya (Contre-Jour), une magnifique réalisation à base de musique mandingue authentique, teintée de folk, de blues et de jazz. Son adaptation de « Summertime à Bamako », avec Habib Koité & Bamada avec qui il collabore dix années durant, demeure à jamais une merveille d’improvisation et de grâce.

Balafongiste virtuose, multi-instrumentiste (violon, sax, guitare, trompette, flûte), Kélétigui Diabaté décède le vendredi 30 2012 à Bamako à l’âge de 81 ans...

* Source : Contre-Jour / crédits photos : Michel De Bock

 

par   Nago Seck  2 septembre 2007 - © Afrisson

News

Kélétigui Diabaté
 
Kélétigui Diabaté, le virtuose du balafon n’est plus

Le Malien Kèlètigui Diabaté, virtuose du balafon mandingue est mort de vieillesse le vendredi 30 Décembre 2012 à Bamako à l’âge de 81 ans.


 
Le balafon

Pratiqué dans de nombreux pays d’Afrique (Ouest, Est et Sud), le balafon (vient avec la disparition de Keletigui Diabaté, de perdre un de ses maitres. Cet idiophone peut être pentatonique comme au Burkina Faso ou heptatonique comme au Mali ou monté sur pied comme en Afrique australe ou au Cameroun. Découverte d’un instrument présent sur tout le continent.


 
Keletigui n’est plus - Pepe Kalle 14 ans déjà - Laetitia Zonzambé récompensée

Alors qu’il venait d’entamer une résidence avec 3 autres musiciens, Kélétigui Diabaté nous a quitté le vendredi 30 novembre 2012. Il venait d’avoir 81 ans. Retour sur un des [grands maîtres du balafon auquel nous consacrons un dossier. Quatorze ans plus tôt s’éteignait celui qu’on appelait « l’éléphant de la musique congolaise ». Un véritable mausolée à la mémoire de Pépé Kalle Kabasele Yampanya trône dans le cimetière de Kinshasa et de nombreux zaïrois viennent régulièrement lui rendre hommage. La Centrafrique est à l’honneur au Québec grâce à Laetitia Zonzambé élue Coup de Coeur du dernier Mundial Montréal en Novembre 2012. Et bien sur vous découvrirez de nouveaux CDs dont le dernier album de Rajery, Tsantsaha , l’histoire d’un couple d’artistes de jazz au destin exceptionnel, Letta MBulu et Caiphus Semenya... Des vidéos, des infos, du son....