Afrisson

Présentation

L’afro-zouk

Styles | Origine : 1980

Le zouk est un courant musical antillais initié à la fin des années 1970 par le groupe Kassav’, sous l’impulsion de Pierre-Édouard Décimus et Jacob Desvarieux. Il est aussitôt adopté en Guyanne, dans l’Océan Indien et en Afrique où il est fusionné aux styles nationaux pour donner l’afro-zouk.

Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA)

Jusqu’au début des années 1980, le zouk béton ou « chiré », un style éphémère se dansant seul, était à la mode. Très rythmé et chanté en créole, le zouk béton est une fusion de gwo ka, biguine, calypso, cadence, compas et rythmes africains. Avec l’apparition du groupe Kassav’, ce genre musical disparaît dans les années 1980.

Ayant longtemps vécu au Sénégal où il fréquentait le milieu capverdien amateur de coladeira (genre musical populaire dans l’archipel), Jacob Desvarieux eut l’idée, avec les membres du groupe, de créer une fusion entre des musiques antillaises (cadence, biguine, « mas a sinjan » (masque de Saint-Jean), rythme du carnaval), le compas haïtien et des sonorités africaines (coladeira, makossa camerounais amenés par Mbida Douglas, l’un des musiciens du groupe), avec des riffs de guitare tournoyants du soukouss congolais et du rock, des lignes de cuivres salsa et des notes de clavier funk.

La sortie en 1980 du premier album de Kassav’, « Love and Ka Dance », signe ainsi la naissance de ce nouveau genre musical qui séduit aussitôt la communauté afro-antillaise. Mais c’est leur titre « Zouk La sé sel médikaman nou ni » qui contribuera largement à la pérennité du zouk. Ce nouveau musical des Caraïbes est alors adopté en Guyane.

Plusieurs dérivés seront tirés du zouk : zouk love (très lancinant, genre slow), R&B-zouk, soul-zouk, rap-zouk, reggae-zouk, ragga-zouk...

JPG - 53.4 ko

Outre le groupe initiateur Kassav’ et ses membres qui sortent des albums en solo (Jocelyne Béroard, les frères Pierre-Édouard Georges Décimus, Jacob Desvarieux, Jean-Claude Naimrod, Patrick Saint-Éloi), plusieurs autres formations et artistes se signaleront sur la scène internationale dans les années 1980/1990 : Zouk Machine, Dédé Saint-Prix, feue Edith Lefel, Expérience 7, Francky Vincent, Joëlle Ursull, Ralph Tamar, Ronald Rubinel, Tanya St-Val, Souskay...

En Afrique et dans l’Océan Indien il est fusionné à des styles nationaux, donnant le Kizomba, l’afro zouk, le séga zouk, le maloya zouk, zouk comorien, makossa/zouk, zouglou/zook, soukouss/zouk (soukou-zouk), coladeira/zouk (cola-zouk)...

Parmi les adeptes du genre : Mpongo Love, Gadji Céli, Awa Maïga, Monique Séka, Oliver NGoma, Mathey, Africa Maestro, Galvao, Vivick, Yvon Paris, Stacy, Roger, Philippe Monteiro, Mobass, Elaisa, Roger Gobea, Pierrette Adams, Kaysha, Patience Dabany, Chantal Taïba, Kino, Jorge Neto, Chamsia Sagaf, Naïma, Jerry, Don Kikas et tant d’autres encore...

 

par   Nago Seck  14 juillet 2008 - © Afrisson

Discographie

L’afro-zouk