Afrisson

Présentation

L’imzad

Forme de violon touareg, l’Imzad dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue Tamashek est joué exclusivement par des femmes, la plupart de noble naissance, et accompagne les poèmes et les chants des hommes. Plusieurs associations au Niger et en Algérie oeuvrent à la promotion de cet instrument. Une des virtuoses de l’imzad est l’Algérienne Alamine Khoulen, âgée de 68 ans : elle donne des cours de musique avec beaucoup de passion, son souhait le plus cher étant de transmettre son savoir aux générations futures : "Ce n’est pas avec les yeux qu’on apprend à jouer de l’Imzad, mais avec le cœur"

Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA)

Le violon touareg

L’Imzad représente une forme noble et très vénérée de l’art musical. Le mot « Imzad » signifie "crin de cheval" dans la langue Tamashek et se réfère à un instrument de musique qui peut être comparé au violon. L’Imzad est joué exclusivement par des femmes, la plupart de noble naissance, et accompagne traditionnellement les poèmes et les voix des hommes.

Un instrument joué par les femmes

Il accompagne des chants évoquant la vie et les valeurs de la société traditionnelle : glorification de la guerre et bravoure des guerriers, tristesse de la séparation, amour, joie des retrouvailles avec la famille et surtout la femme bien-aimée. Dans le passé, quand le guerrier était séparé de sa bien-aimée, il prenait l’Imzad avec lui pour penser à sa belle et garder courage et espoir. Cet instrument est étroitement associé aux plus hautes valeurs morales des Touaregs : honneur, courage, dignité, sincérité. Les joueuses de l’Imzad jouissent d’un grand prestige dans la société touarègue et les Touaregs sont prêts à faire des voyages très longs pour entendre jouer cette musique.

Sauver l’Imzad

Plusieurs associations se mobilisent actuellement pour préserver l’usage de cet instrument : Takrist n’Tada au Niger fondée par Abdallah ag Oumbadougou a ouvert des écoles à Arlit et Agadez, au Niger, pour permettre la promotion de l’imzad auprès des jeunes filles. Tamanrasset en Algérie est le foyer de « Sauver l´Imzad », une association dont le but principal est de contribuer à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel du Hoggar en militant pour la préservation de l’Imzad.
L’association a été créée avec la bonne volonté de nombreux artistes et personnalités locales de la région tels que le chef spirituel des Touaregs du Hoggar, le Amenokhal Hadj Moussa Akhamok. Outre la mise en place d’écoles, de cours d’Imzad, et de Dar el Imzad (maison de l’Imzad,en cours de construction), l’association organise divers évènements et rencontres scientifiques internationales autour de cet instrument menacé de disparition.

Alamine Khoulen

Une des virtuoses de l’imzad est l’Algérienne Alamine Khoulen, âgée de 68 ans : elle donne des cours de musique avec beaucoup de passion, son souhait le plus cher étant de transmettre son savoir aux générations futures : "Ce n’est pas avec les yeux qu’on apprend à jouer de l’Imzad, mais avec le cœur"

Sources :
- http://ap-imidiwan.com/fr/component...
- http://fr.wikipedia.org/w/index.php...

 

par   Sylvie Clerfeuille  24 juillet 2012 - © Afrisson