Afrisson

Biographie

Laye Diop & Karamala


Fondé en 2003 à Hambourg, en Allemagne, sous l’impulsion de l’auteur-compositeur, percussionniste, guitariste, danseur et chanteur Laye Diop, Karamala est un groupe proposant de l’afro-pop tiré de rythmes africains (sahourouba des Diolas de Casamance, ndioup des Sérères, musique mandingue, ndioup des Sérères, mbalax des Wolofs...), agrémenté de jazz, de rumba ou soukouss congolais, de funk, d’afro-reggae ou d’afro cubain.

Laye Diop

Originaire de Casamance, au sud du Sénégal, l’auteur-compositeur, percussionniste, danseur et chanteur Laye Diop est l’âme du groupe Karamala et fondateur du label K.A.S Productions. Il débute dans la musique à l’âge de 14, en intégrant comme danseur et chanteur la troupe de son collège à Ziguinchor, avant de rejoindre l’ensemble Banakabu (théâtre, danse). C’est là qu’il commence à jouer les tambours djembé et le sahourouba. Plus tard, il se met au tama (tambour parlant ou tambour d’aisselle, aux congas, au bata, à la guitare et au chant.

Laye Diop

En 1990, Laye Diop fonde Casa Di Mansa (La case du roi), un groupe de 5 musiciens avec lequel il tourne en Guinée Bissau, au Mali et en Gambie, partageant la scène avec de célèbres percussionnistes, dont Fodé Doumbia. Trois ans plus tard, il se rend pour la première fois en Allemagne, pour des ateliers de percussion.

De retour au Sénégal, Laye Diop crée à Abéné, un village de Casamance, un centre destiné aux musiciens, et devenu un important lieu de rencontre pour de nombreux musiciens de l’Afrique de l’Ouest. Depuis 1994, le Festival d’Abéné qui a lieu en décembre dans ce centre attire un public international amoureux de musique et danse.

Karamala

Revenu en Allemagne en 1996, Laye Diop fonde le trio Karamala qui se produit dans différents pays d’Europe. C’est avec ce groupe qui comportera plusieurs autres musiciens qu’il commence à composer sa propre musique. Il s’oriente alors vers un afro-pop tiré de rythmes africains (sahourouba des Diolas de Casamance, ndioup des Sérères, musique mandingue, ndioup des Sérères, mbalax des Wolofs...), agrémenté de jazz, de rumba ou soukouss congolais, de funk, d’afro-reggae ou d’afro cubain. L’année 1997 voit Laye Diop & Karamala sortir Back To Africa (Retour en Afrique), un album où ils parlent de l’unité africaine ("Africa Unite"), de la liberté ("Freedom") ou encore de Mame Cheikh Ibrahima Fall dit ("Lamp Fall", homme religieux et fondateur de la confrérie des Baye Fall du Sénégal ("Lamp Fall").
À cause de nombreux changements et dissensions entre les musiciens, le groupe se sépare en 2001, puis se reforme en 2003 à Hambourg, en Allemagne.

Collaborations

Artiste éclectique, Laye Diop a joué avec divers musiciens comme Francisco Gonçalves César aka Chico César, auteur-compositeur, guitariste, chanteur, écrivain et journaliste brésilien, Ebraima Jobarteh aka Tata Dindin Jobarteh (Diabaté), chanteuse originaire de la Gambie ou encore son compatriote N’Faly Messin Cissokho, virtuose sénégalais de la kora.

Source : http://www.dioplaye.oyla16.de

 

par   Nago Seck  20 avril 2007 - © Afrisson