Afrisson

Biographie

Les Go de Kotéba


Trio féminin entre musique et danse créé en 1993 à Abidjan (Côte d’Ivoire) sous l’impulsion de Souleymane Koly, fondateur et directeur de l’Ensemble Kotéba, le groupe Les Go de Kotéba (ou Les 3 Go ou Les Go) est à l’origine composé de Niama Kanté (Guinéenne), Awa Sangho (Malienne) et Maaté Keïta (Ivoiro-Guinéenne). Les Go de Kotéba offrent une remarquable musique mandingue, teintée de funk, jazz, soul, rhythm’n blues, blues, pop ou disco, chantée en malinké, bété, songhaï, bamana (bambara), khasonkhé, nouchi ou français...

En intégrant très jeunes l’Ensemble Kotéba, Niama Kanté, Awa Sangho et Maaté Keïta ont su révéler leurs talents pour la musique et le chant très tôt. Afin de mieux développer leurs réelles aptitudes pour leurs disciplines, Souleymane Koly décide alors de lancer un trio de musique et danse. Ainsi naissent en 1993 Les Go de Kotéba (les nanas du grand escargot) : “Go” est un langage des jeunes Ivoiriens qui veut dire “nana”. Quant à Kotéba en bambara : “Koté” c’est l’escargot et “Ba”, ce qui est grand. “Kotéba” est aussi un genre théâtral traditionnel très répandu au Mali qui tient de la satire socio-politique et recourt au chant et à la danse.
Tout en restant membres de l’Ensemble Kotéba, les trois filles sortent la même année leur premier album, dont le titre “Bara” qui connaît un succès immédiat. Dès lors leur carrière est lancée. Le trio féminin commence alors à tourner en Afrique et dans le monde, enregistrant d’autres albums fidèles à leur fusion tirée de la musique mandingue, comme Les Go de Kotéba en 1997, Dan Gna (“le destin” en malinké) en 1999, enregistré avec Angélique Kidjo au chant et aux arrangements et Faso den (2000), réalisé par Jacky Reagan et arrangé par Marcellin Yacé / Alhassane Soumano.

Le trio devenu duo

Au départ de la Guinéenne Niama Kanté après son mariage, Les Go de Kotéba sont alors composé de la Malienne Awa Sangho et de l’Ivoiro-Guinéenne Maaté Keïta. C’est la restructuration. Le duo féminin, accompagné d’un groupe de cinq musiciens et de deux choristes, sortira en 2006, un nouvel opus, WAF : West African Feelings, arrangé par Cheick Tidiane Seck, donné par des guitares, djembé, basse, kora, tambin (flûte peule) et ngoni, et chanté en malinké, bété, songhaï, bamana (bambara), khasonkhé, nouchi ou français. En 2011, Awa Sangho s’installe à New-York où elle mène une carrière solo.

Souleymane Koly

Le vendredi 1er août 2014, un grand malheur vient s’abattre sur le groupe avec la disparition, des suites d’une crise cardiaque, de son fondateur et mentor, Souleymane Koly, né le 18 août 1944 à Nzérékoré, dans le sud-est de la Guinée, son pays natal où il était retourner vivre en 2011.

 

par   Nago Seck  10 mai 2007 - © Afrisson