Afrisson

Lesotho

Lesotho


Pays  | Indépendance-Libération : 1966 | 30.355 km² - 2.265.416 h

Voix et ensembles de pipeaux

Un des principaux peuples d’Afrique australe avec les zulus, les Sotho sont localisés traditionnellement sur les hauts plateaux d’Afrique du Sud, au Botswana, au bord du désert du Kalahari et dans les montagnes du Lesotho. Le peuple Sotho est formé de sous-groupes dont les Tswana (localisés au Botswana), les Sud Sothos (concentrés au Lesotho et dans la province de Free State en Afrique du Sud), les Nord Sotho ou Pedi vivant dans les provinces nord d’Afrique du Sud et au Mpumalanga et les Lozi vivant dans la partie occidentale de la Zambie et dont la musique s’apparente à celle des Chokwe, des Lunda et des Lubas. Les Sothos sont originellement un peuple d’éleveurs et de "cow boys" qui a remplacé les San (Bushmen) lors des grandes migrations du peuple bantou vers le sud du continent africain et se caractérisent par une musique traditionnelle à base de polyphonies accompagnées d’ensembles de pipeaux (ditlhaka) et d’arcs à bouche (lesiba). Chaque arc à bouche peut produire au moins deux notes fondamentales et possèdent de riches harmonies.

Le lesiba

Le peuple sud-sotho a préservé très fortement une culture musicale traditionnelle marquée par les flûtes, les pipeaux et les arcs musicaux dont le lesiba dérivé du gora khoi et reconnu aujourd’hui comme l’instrument national. Le chant, principale forme musicale du peuple sotho est caractérisé par des introductions par des voix de basses et accompagne divers styles de danse dont le mahobelo exécutée par les hommes ou le mokgibo exécuté par les femmes. Les chants mokorotlo accompagnent les longues chevauchées à poney (un animal introduit au XIXe siècle) ou servent à chasser les souris.

L’accordéon touches piano : Tau Oa Matsheka

L’accordéon touches piano est devenu une spécialité de la musique urbaine Sotho. Accompagné de percussions et de basse, il soutient le Famo combinant chants sotho et beat mbaqanga joué à l’accordéon et à la basse. Les représentants les plus connus de ce style lancé dans les années 1920 par les mineurs exilés en Afrique du Sud, et devenu très populaire dans les années 1960 grâce au groupe Tau ea Matšekha. Il est adopté plus tard par des artistes comme Mahosana Akaphamong, Puseletso Seema, Tau Ea Linare, Amatso Makaota et Limano Lingaka Mabili. Avec un rythme tout aussi entraînant que celui des zulus, ces groupes électriques sothos ont évolué du concertina à l’accordéon chromatique. Ils utilisent une gamme sextatonique et privilégient un style vocal dans lequel le lead vocal a une voix de groaner (comme Mahlatini).

Afro-jazz, style vocal et R&B

Dans les années 1980/1990, la scène urbaine est influencée par la country, le gospel, le jazz, le reggae et le mbaqanga suivi du kwaïto dans les années 2000. On trouve au Lesotho des artistes comme le chanteur folk Molahleli qui a enregistré « The Lost One », un album populaire en 1986 puis a disparu, le groupe Sankomota entre jazz, rock et gospel, qui s’est taillé un franc succès dans les années 1980/1990, le saxophoniste Budhaza Mapefane (ex membre de Sankomota) qui a formé son propre groupe « Bhudaza and friends », Khotso Thahane spécialisé dans le R&B et Thabiso Mokoena, qui maintient la tradition vocale du sud sotho. Dans les années 2000, Mosotho Chakela perpétue la tradition du famo. Le gospel a ses adeptes comme Tsepo Kherenchane

 

par   Sylvie Clerfeuille  11 mai 2007 - © Afrisson

situ