Afrisson

Présentation

Le Makossa

Styles  Cameroun -   Guinée Equatoriale | Origine : 1958

Le makossa qui naît en 1958 à Douala, au Cameroun, joué en rythme à 12/8, coiffe divers genres : ambass-baie, son cubano, highlife, rumba congolaise, tchamassy et mangambeu des Bamilékés. L’origine du nom makossa est controversé : certains l’associent au mot espagnol cosa, (la chose) souvent utilisé dans la rumba cubaine, d’autres l’identifient au verbe douala kosa (éplucher). Pour ces derniers, la danse makossa symbolise, par la gestuelle, un véritable épluchage du corps . D’autres soutiennent que le nom serait tiré d’un titre de Nelle Eyoum , baptisé" le "Parrain du makossa".

Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA)

Epluchage du corps

L’origine du nom makossa est controversé : certains l’associent au mot espagnol cosa, (la chose) souvent utilisé dans la rumba cubaine, d’autres l’identifient au verbe douala kosa (éplucher). Pour ces derniers, la danse makossa symbolise, par la gestuelle, un véritable épluchage du corps . D’autres soutiennent que le nom serait tiré d’un titre de Nelle Eyoum , baptisé" le "Parrain du makossa".

JPG - 34.7 ko

Soul makossa

A l’instrumentation de base (guitares, percussions à la place des bouteilles), s’ajoutent des voix reprenant des chansons populaires, toute l’orchestration moderne et des cuivres. Epée M’Bende créa un des premiers groupes de makossa moderne, Los Calvinos . Francis Bebey y apporte plus tard sa touche (« Idiba »). Depuis les années 1970, le genre a connu divers apports comme le jazz et la soul : le morceau « Soul makossa » de Manu Dibango l’a popularisé au niveau international en 1973.

JPG - 25.6 ko

Retour aux sources

Dans les années 1980, Sam Fan Thomas exploitera les voix makossa, les transposant dans un style mis en valeur par des guitares congolaises, une rythmique et des cuivres funky. André-Marie Tala a développé une fusion tchamassi-funk (années 1970). Dans les années 1990, des artistes comme Krysto Numpumbi revalorise l’assiko tandis que d’autres artistes opèrent un retour aux sources en popularisant l’ambas-baie des origines et le mangambeu. A la même période, le makossa de Douala s’oppose au bikutsi de Yaoundé dans une tentative de domination de la scène nationale. Plus d’infos

 

par   Nago Seck - Sylvie Clerfeuille  12 mai 2007 - © Afrisson

Discographie

Le Makossa