Afrisson

Biographie

Malopoets


Composé de Bruce Madoda Sosibo (batterie, voix), Pat Sefolosha (sax, voix), Duze Mahlobo (guitare), Pat Mokoka (basse, voix) et Sam Tshabalala (guitare, voix), originaires de Soweto (Johannesburg), Mamelodi (Pretoria) et Durban (Afrique du Sud), Malopoets, fondé en 1978, développe une fusion mbaqanga ("pot au feu du pauvre"), la musique populaire des townships (ghettos), kwela (jive), marabi, jazz, blues, soul, pop ou funk

Dès leurs débuts, les Malopoets jouent dans les universités et théâtres comme le Market Theatre de Johannesburg qu’ils ont inauguré. Leurs textes écrits en Xosa, Zulu et Sotho, relatent notamment les souffrances des Noirs sous le régime de l’apartheid.
Au départ de Duze Mahlobo pour le Zimbabwe, le percussionniste So Moses Manaka rejoint le groupe en 1979. Un an plus tard, Pat Sefolosha décide de partir en Suisse. Dès son arrivée en Europe, il contacte le producteur français Martin Meissonier qui a collaboré avec King Sunny Ade, Manu Dibango et Fela Anikulapo Kuti. En 1983, Malopoets est invité à Paris, avec plusieurs autres artistes, pour un concert à la Place Trocadéro devenu le Parvis des Droits de l’Homme, en présence du président François Mitterrand. Ensuite, Malopoets participe à de nombreux festivals en France, en Allemagne et en Angleterre puis retourne en Afrique du Sud pour quelques mois.

En 1984, ils reviennent en France pour une grande tournée (Bourges, Nice, Toulon, Marseille, Montpellier, Toulouse, Pau, Bordeaux, limoges, Poitiers, Quimper, Paris), assurant au passage, avec le guitariste Kenny Mathaba, une première partie du groupe sénégalais, Touré Kunda. En 1985, ils enregistrent l’album éponyme, Malopoets, et partent pour une tournée américaine. La même année, ils participent à l’album Tam-Tam pour L’Ethiopie (réalisé sous l’impulsion de Manu Dibango, avec une trentaine de musiciens et de chanteurs africains) et à Sun City (Artists United Against Apartheid), une compilation produite par Little Stevens et Arthur Baker pour protester contre l’apartheid.
Il faudra attendre 1988 pour que Pat Sefolosha décroche un contrat avec Virgin. Rejoint par les membres du groupe, Malopoets enregistre Life is for living mais connaîtra d’énormes difficultés pour la tournée de promotion de l’album : Pat Sefolosha vivant en Suisse, Sam Tshabalala à Paris et les autres membres du groupe en Afrique du Sud. A la fin de cette tournée en 1989, ils décident qu’il est certainement mieux de mettre fin à l’aventure du groupe…

 

par   Nago Seck  5 janvier 2007 - © Afrisson