Afrisson

Biographie

Mamadou Diabaté


Artistes Mali | Naissance : 1975 | Styles :  Musique MandingueSite internet

Ce cousin de Toumani Diabaté est considéré comme des des virtuoses de la kora. Installé aux Etats-Unis depuis 1996, il a collaboré avec de nombreux artistes (Angélique Kidjo, Amy Koïta, Donald Byrd, Randy Weston, Thomas Mapfumo, Eric Bibb, Guy Davis, Ben Allison), et a été nominé aux Grammy Awards en 2007.

Mamadou Diabaté est né en 1975 à Kita, une un des hauts lieux de la culture mandingue. Issu d’une célèbre famille de griots, Mamadou Diabaté est le fils du joueur de kora Mamadou Djelimory alias N’fa Diabaté, membre de l’Ensemble Instrumental du Mali. Ce dernier lui enseigne les secrets de la kora et Mamadou Diabaté se produit quelques années plus tard dans les mariages et les baptêmes de toute la région. A quinze ans, il remporte le premier prix de kora lors d’un concours régional et devient rapidement une célébrité locale. L’année suivante, il se rend à Bamako, et sous la tutelle de son célèbre jeu cousin kora, Toumani Diabaté, il acommence à tourner dans le circuit des jelis, accompagnant les chanteurs lors des mariages et des baptêmes du quartier et animant les soirées de l’hôtel Amitié. Il est bientôt surnommé « Djelika Djan » (« grand Griot »), par son cousin en référence à son impressionnante stature physique, un nom qui va lui rester.

En 1996, il se rend aux Etats-Unis à l’occasion d’une tournée de l’ensemble instrumental du Mali et s’installe à New-York. Invité aux concerts de nombreuses stars maliennes (Ami Koita, Tata Bambo Kouyaté, Kandia Kouyate, Babani Koné), il se produit à l’ONU, au Lincoln Center, au Metropolitan Museum et au Smithsonian Institute de Washington. Il explore également de nouveaux univers musicaux, croisant les notes avec les jazzmen Donald Byrd et Randy Weston, le légendaire musicien Zimbabwéen Thomas Mapfumo les maîtres du blues Eric Bibb et Guy Davis. Il a depuis multiplié les collaborations avec des artistes comme la soliste irlandaise Susan McKeown, le bassiste de jazz Ben Allison, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo.

Mamadou a suivi en outre les conseils de son père qui lui a conseillé d’écouter les koraistes virtuoses de tout l’empire Mandingue, de respecter le jeu classique tout en développant sa propre technique. Il a été nominé aux Grammy Awards en 2007.

Source : http://www.mamadoukora.com

 

par   Sylvie Clerfeuille  18 septembre 2008 - © Afrisson

News

Mamadou Diabaté
 
Marseille, l’Afrique et le monde

Du 26 au 28 Mars, Marseille accueille Babel Med Musique, marché et festival des musiques du monde, une occasion pour l’Afrique et l’Océan Indien de révéler quelqu’uns de ses talents. Ainsi, on y retrouve le discret mais original Kora Jazz Trio , Wasis Diop l’incontournable sans oublier les Réunionnais Baster qui sortent un nouvel album , biographie et chronique à venir. Frédéric Galliano et son groupe franco-angolais fait la promotion depuis quelques années du Kuduro, style urbain d’Angola. Le Cameroun est à l’honneur pour Télérama dans la rubrique Mondo Sono d’Eliane Azoulay, l’occasion de revisiter l’histoire de ce pays. Jeune espoir de la scène sénégalaise, Marietou Cissokho rend hommage dans son second album à venir à Mamadou Konté qui a fait récemment l’objet d’une biographie , Mamadou m’a dit. Aux Etats-Unis, le virtuose de la kora Mamadou Diabaté, cousin de Toumani, poursuit son US tour tandis que El Hadj Ndiaye passe le mois de Mars entre Londres, Paris et la province française. Bonne visite...