Afrisson

Biographie

Mamani Keïta

   Assitan Keïta

Née le 20 octobre 1965 à Bamako (Mali) dans une famille de la noblesse bamana (bambara), Assitan Keïta aka Mamani Keïta (grand-mère en bamana) allie vocalises mandingues, electro, jazz, blues et pop...

L’opposition familiale

JPG - 12.2 ko

Dès l’âge de 6 ans, Mamani Keïta est confiée par ses parents à sa grand-mère maternelle et homonyme, Assitan Traoré, spécialisée dans les chants de possession. Cette dernière, l’entendant chantonner un jour, l’encourage à poursuivre dans cette voix. Elle a alors pour idoles : Syra Mory Diabaté (mère du balafongiste malien Lassina Kouyaté), feu Banzoumana Sissokho (poète, joueur de ngoni virtuose et figure emblématique de la musique malienne), Tata Bambo (grande cantatrice malienne), feu Kouyaté Sory Kandia (immense voix guinéenne) et Salif Keïta (vedette internationale). A la disparition de sa grand-mère, Mamani Keïta rejoint le domicile familial mais sa maman s’oppose à ce qu’elle chante. Mais son obsession l’amène, alors qu’elle n’a pas encore 12 ans, à rejoindre en cachette, comme danseuse / chanteuse, la troupe de Wolofobougou (son quartier) où sa voix séduit le responsable culturel. Ce dernier la surnomme « Douze ans » du fait qu’elle se fait passer pour une adolescente de cet âge. Il faudra toute l’abnégation de son grand frère pour convaincre sa mère de la laisser chanter. Un vœu qui sera exhaussé par cette dernière peu avant sa mort. Mamani Keïta est alors confiée à sa tante qui ne souhaite pas qu’elle monte sur scène.

Salif Keïta, le grand frère

JPG - 6.8 ko

Subjugué par les talents de cette chanteuse précoce, le directeur artistique de la troupe de la Commune 3 de Bamako, Sambali Traoré, va personnellement demander l’autorisation à la petite sœur maternelle qui lui donne son aval mais lui intime de la ramener quotidiennement après les répétitions. En 1982, ce dernier l’intègre dans l’Orchestre du district de Bamako où elle reste jusqu’en 1984, participant à la 8ème Biennale Artistique et Culturelle du Mali. Révélée nationalement par ce grand événement, Mamani Keïta rejoint, un an plus tard, le Badema National, prestigieux groupe né des cendres de Las Maravillas de Boncana Maïga et où chante un certain Kassé Mady Diabaté. Il faut attendre 1987 et sa rencontre avec l’un de ses idoles, Salif Keïta qu’elle appelle affectueusement “grand frère”, pour que sa carrière prenne un nouveau tournant. Devenue la choriste de l’albinos le plus célèbre d’Afrique, Mamani Keïta participe à plusieurs de ses disques (Soro, Ko-Yan, Amen..) et tournées. En 1991, elle s’installe à Paris mais faute de titre de séjour, elle ne peut quitter la France et se contente donc d’assurer les concerts de son mentor en métropole.

Rencontres et consécration

JPG - 9 ko
Mamani Keïta et Nicolas Repac - photo : J.M. Lubrano

En attendant d’être régularisée, elle collabore comme chanteuse ou choriste, sur disque et sur scène, avec le compositeur / claviériste Cheick Tidiane Seck et le pianiste de jazz Hank Jones (Sarala – 1995) ou encore le Super Rail Band de Bamako (Mansa – 1996). Il lui faudra attendre 1997 et la naissance de sa fille à Paris pour “ne plus se cacher et pouvoir bouger librement”, comme elle aime à le dire. En 2001, c’est la consécration. Associée au Français Marc Minelli pour une rencontre electro/jazz/pop/mandingue (bambara, malinké) sur l’album Electro Bamako, Mamani Keïta laisse entendre toute sa virtuosité vocale. Elle intègre ensuite le groupe Tama de Tom Diakité, Sam Mills et Djanuno Dabo (Espace - 2002) et collabore à Sigui (2003) de Djélimady Tounkara, Sebe de Djéli Moussa Kouyaté et MandinGroove (2004) de Cheick Tidiane Seck.

Paru en 2006, son deuxième album aux sonorités electro moins marquées, Yelema (le changement en bamana), est aussi un duo avec l’auteur, compositeur, arrangeur et multi-instrumentiste français Nicolas Repac. Ses inflexions vocales et ses nuances de timbre clair sont mises en relief par des arrangements d’une grande finesse et des compositions plus acoustiques, marquées par les guitares deDjéli Moussa Kouyaté et Nicolas Repac. Son album Gagner l’argent français, le plus electro et le plus rock paru en 2011 et réalisé par le guitariste, arrangeur et producteur français Nicolas Repac, parle, entre autres, de l’immigration, de la crise économique ou de la politique.

En janvier 2014, Mamani Keïta enregistre Kanou, un album à base de musique mandingue réalisé avec Marc Antoine Moreau, son fidèle guitariste Djéli Moussa Kouyaté et le virtuose du ngoni Moriba Koïta. Elle y parle des enfants (“Dougalé”), d’espoir (“Djigihia”), de la vie (“Deliko”) ou des politiques face à leurs responsabilités (“Dounia”, “Anisu”)...

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson