Afrisson

Biographie

Manou Gallo

    Manou N’Guessan Gallo
Artistes Belgique -  Côte d’Ivoire | Naissance : 1972 | Groupes :  Woya | Styles :  Afro-beat - Afro-folk - Afro-rock Site internet

Révélation Coup de cœur Francophone 2009 et Meilleure artiste de Côte d’Ivoire 2009 aux MAMA (MTV Afrika Music Award), à Nairobi (Kenya), Manou Gallo est chanteuse, guitariste, bassiste et percussionniste. Elle commence sa carrière au sein de Woya, un groupe combinant afro-zouk, mapouka, afro-pop et style fanfare. Après la dissolution de cette formation en 1988, avec des tentatives de reformation entreprises, sans succès, en 1990, puis en 1998, Manou Gallo entame une carrière solo, s’imposant par son style très personnel, fusion d’afrobeats (towoulou, alloukou, ziglibithy, gbégbé), de jazz, de blues, de funk ou de samba, porté par un chant en dida (sa langue), en français ou en anglais, tour à tour profond, chaleureux, cool, pulsé ou haletant.

De Woya à Ki-Yi-Mbock

Née en 1972, Manou N’Guessan Gallo aka Manou Gallo est originaire de Divo, en Côte d’Ivoire. À 12 ans, elle monte sur scène pour la première fois pour jouer une pièce de théâtre musicale avec d’autres enfants au sein du groupe Woya (en référence au cri de la chauve-souris) qui tourne dans toute l‘Afrique de l‘Ouest jusqu’en 1989 et enregistre quatre albums. En 1988, Woya est dissout, mais des tentatives de reformation sont entreprises sans succès en 1990, puis en 1998. Manou part alors étudier la basse à Abidjan puis rejoint trois ans plus tard le village artistique de Ki Yi M’Bock où elle s‘initie à la danse, au théâtre et où elle participe à l‘enregistrement du disque Un touareg s’est marié à une pygmée produit par Ray Lema et coréalisé avec Wéré Wéré Liking, direct’rice du Ki Yi M’Bock.

Zap Mama et les Tambours de Brazza

En 1997, elle est appelée par Michel De Bock, tour manager du groupe Zap Mama, pour intégrer le groupe en tant que bassiste. Elle débarque en Belgique et intègre le projet Zap Mama qu’elle ne quittera plus durant six ans. Elle prend part aussi à l’aventure des Tambours de Brazza. Elle découvre l’Europe, le mélange des cultures, l’ouverture des Bruxellois... Elle se met également plus intensément aux percussions, un instrument traditionnellement réservé aux hommes.

Révélation Coup de cœur Francophone 2009

Durant cette période, elle écrit en dida (sa langue maternelle), en français ou en anglais, et met en musique ses textes, créant un style très personnel, fusion d’’afrobeats (towoulou, alloukou, ziglibithy, gbégbé), de jazz, de blues, de funk ou de samba, soutenant des chants haletants et pulsés. En 2001, elle crée son propre groupe, Djiboi (en référence aux habitants de sa région natale), et sort plusieurs disques dont Dida en 2005, suivi de Manou Gallo en 2007 et de Lowlin en 2010. En 2008, elle présente une nouvelle création artistique avec sa Women’s Band. La petite fille de Divo est devenue la "Femme au Tambour" et une artiste multi-instrumentiste.

En 2009, Manou Gallo est nommée "Révélation Coup de cœur Francophone" et "Meilleure artiste ivoirienne" aux MAMA (MTV Afrika Music Award) 2009 à Nairobi, au Kenya. En 2011, elle chante en duo avec Dobet Gnahoré sur "Ma Côte d’Ivoire", un appel à l’union du pays et à la paix, sur fond d’afro-reggae.
« Nous avons uni nos énergies pour créer un morceau d’espoir, d’amour et de tolérance dédié à notre pays la Côte d’Ivoire. Nous sollicitons votre soutien pour la diffusion de cette chanson qui, nous l’espérons, contribuera à réunir et à réconcilier tous les Ivoiriens", disent d’une même voix Manou Gallo et Dobet Gnahoré.

* Source : http://www.manou-gallo.com/

 

par   Nago Seck  7 mars 2008 - © Afrisson