Afrisson

Présentation

La Marabi Music

Styles  Afrique du Sud | Origine : 1920

Lancée dans les années 1920 par Boet Gashe alias « Little Jazz Town », un organiste itinérant de Queenstown, la Marabi music est née avec l’urbanisation des migrants dans des villes comme Johannesburg ou Port Elisabeth. Ces derniers ont fusionné des musiques rurales, des chants chorals africains (xhosa, zulu, sotho), du ragtime et du blues.

Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA)

Variations sur un même thème

The Jazz Maniacs

Selon Ntemi Piliso : « La marabi music était chantée par un soliste accompagné d’un orgue, d’un accordéon ou d’une guitare. Le public accompagnait les musiciens avec des maracas et des percussions improvisées et cela durait toute la nuit. La marabi music se construit à partir de trois accords et brode des improvisations autour d’un même thème. Ce côté répétitif, loin de décourager les auditeurs, les charmait en fait ».

De l’orgue au big band

Essentiellement joué dans les shebeens, ces bars clandestins des townships, la marabi music gagne en popularité dans les années 1930/1940 quand les bigs bands, The Jazz Maniacs, The Merry Blackbirds et the Jazz Revellers, l’adoptent. « Zuluboy » Cele, leader des Jazz Maniacs, modernise l’instrumentation. Zakes Nkosi y ajoute le swing et Kippie Moeketsi intègre des couleurs bebop.

La matrice des musiques noires

Au cours des décennies suivantes, ce style va influencer de nombreux artistes sud-africains comme Abdullah Ibrahim, Hugh Masekela, Miriam Makeba, Basil Coetzee, Chris Mc Gregor et bien d’autres. Dans les années 1980/1990, des artistes et des groupes comme le pianiste Moses Molelekwa, les groupes African Jazz Pioneers et Elite Swingsters ont contribué à sa renaissance. Jugée dès sa naissance par les autorités comme une musique dangereuse, la Marabi music est considérée aujourd’hui comme la matrice de toutes les musiques noires d’Afrique du Sud.

Source : History of South African Jazz - Gwen Ansell - Department of Arts, Science, Culture and Technology, 1997.

 

par   Sylvie Clerfeuille  12 mai 2007 - © Afrisson

Discographie

La Marabi Music
 

Bibliographie