Afrisson

Présentation

Le Mbalax

Styles  Sénégal | Origine : 1969

Courant musical le plus populaire du Sénégal, le mbalax, apparenté au ndagga des Wolofs gambiens, est tiré du sabar, instrument, danse et rythme traditionnels de la communauté Wolof. Le maître tambour, Bouna Mbass Guèye, en fait une musique nationale dans les années 1940. Dans les années 1950, le mbalax devient le rythme phare du Sénégal grâce à Mada Seck et surtout à Bouna Mbass Gueye qui anima les combats de lutte traditionnelle sénégambienne et fit « école » auprès de nombreux percussionnistes du pays comme son fils Lama Bouna Mbass Guèye, Doudou Ndiaye Rose et Mame Less Thioune.

Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA)

Origines

JPG - 13.8 ko
Un ensemble de tambours sabars

Dans la société wolof traditionnelle, le tambour appelé sabar servait de téléphone entre deux villages rapprochés (annonce des mariages, naissances, décès, faits d’armes) et rythmait les travaux champêchtres. Aujourd’hui encore, il sert accompagne les baaks (poèmes d’encouragements ou d’intimidation) des lutteurs lors des combats (la lutte sénégalaise est le sport national) et anime les fêtes et le ndëpp (musicothéparie traditionnelle). Le sabar, nom générique donné aussi à la danse et au rythme liés à l’instrument, est obtenu grâce à un ensemble de tambours comme le nder, le mbeung mbeung, le gorong (yégué ou mbabass), le tunguné, le thiol et le lamb qui offrent des sonorités dites « mbalax », « talmbatt » et « touli ». Ces beats combinés donnent le rythme sabar généralement appelé mbalax.

Musique nationale

JPG - 42.1 ko
Scène de lutte traditionnelle sénégambienne

Bouna Mbass Gueye en fait une musique nationale : dans les années 1950, le mbalax devient le rythme phare du Sénégal grâce à Mada Seck et surtout à Bouna Mbass Gueye qui anima les combats de lutte traditionnelle sénégambienne et fit « école » auprès de nombreux percussionnistes du pays comme son fils Lama Bouna Guèye, Doudou Ndiaye Rose et Mame Less Thioune. Dans les années 1960, cette génération introduit de nouvelles variations dans le rythme et la danse comme le « guine-talmbatt-bath », le « arwatam » des Laobés spécialistes du tama (talking drum), le « ndawrabine » (rythme et danse des des pêcheurs Lébous) ou le « ndaga » du Saloum (région du Sénégal) un style popularisé par Saloum Dieng, un chanteur guéri de la lèpre, et de la Gambie dévéloppé par le groupe Ifang Bondi.

Les années 1960

JPG - 24.5 ko

A la même période, des groupes tels que le Star Band de Dakar de Pape Seck (« Mathiaky »), Baobab Gouye Gui ou encore le Star Jazz de Saint-Louis font entrer l’instrument « sabar » dans leurs musiques (afro-cubain, soul music, rumba congolaise, musique mandingue). Doudou Ndiaye Rose élabore de nouveaux concepts de jeu en y introduisant des percussions comme les tablas et des rythmes d’autres cultures (CD Djabote). La modernisation du mbalax commence après 1968, avec Xalam I, Ifang Bondi, Sahel et Ouza Diallo qui adaptent le rythme sabar dans les musiques d’orchestration. En 1969, Xalam, appelé Xalam 2 au Sénégal, crée un courant totalement inédit en prenant le mbalax comme structure musicale de base sur laquelle viennt se greffer le jazz, le R&B, le funk, la pop et le rock. Naît alors le mbalax-jazz-rock symbolisé par leur fameux titre « Yumbèye ». Au début des années 1970, le Baaobab avec l’immense vocaliste Laye Mboup commence à développer ce style, s’illustrant notamment avec le tube « Nidiaye », repris par plusieurs artistes du pays.

Les nouvelles couleurs du mbalax

JPG - 16.7 ko

Dans les années 1980, Omar Pène & Super Diamono, Youssou Ndour et le Super Etoile, Thione Seck, Ismael Lô et Baaba Maal apportent leurs couleurs tandis que de nouvelles tendances s’affirment dans les années 1990 avec des artistes comme Coumba Gawlo Seck, Viviane Ndour, Demba Dia, Positive Black Soul, Alioune Kassé, Fallou Dieng, Alioune Mbaye Nder, Daara J, Ndongo Lô, Souleymane Faye, Abdou Guité Seck, Ablaye Mbaye, Waflash ou encore Saintrick & Les Tchielly : mbalax afro zouk, mbalax afro-cubain, mbalax rock, mbalax rap mbalax rumba, mbalax reggae et mbalax soukouss.

 

par   Nago Seck  12 mai 2007 - © Afrisson

Discographie

Le Mbalax