Afrisson

Biographie

Melek

   Emmanuel Blaise Mbea
Artistes Cameroun | Naissance : 1962 | Styles :  Gospel africain Site internet

Auteur, compositeur, guitariste, chef de cœur et interprète, le Camerounais Melek navigue aussi bien dans le gospel que dans les musiques de fusion, leur injectant le makossa->1670], l’assiko, la soul, le funk, l’afro-beat, l’afro-jazz, le reggae, la pop…

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Tel est le témoignage public des journalistes, après la prestation du jeune Melek à un spectacle universitaire dans le stade de Lomé au Togo. Il a alors 13 ans et est déjà leader du groupe invité.

L’influence du makossa et de l’assiko

Fils d’un pasteur presbytérien, Emmanuel Blaise Mbea dit « Melek » se familiarise très tôt avec la musique, d’où son ouverture à un large métissage. La musique tient un grand rôle dès son enfance : en effet, dès l’âge de 6 ans il fait partie de la chorale de Gospel de l’Eglise Presbytérienne d’Edéa, Cameroun dont son père est pasteur. Il montre très vite des prédispositions pour la musique et le chant. Ses bases musicales sont le Gospel. Il baigne ensuite tout naturellement dans des rythmes du Cameroun : le makossa internationalisé par Francis Bebey (« Idiba ») puis Manu Dibango (« Soul Makossa ») et l’assiko développé sur les scènes du monde par Kristo Numpuby. Sa troisième influence musicale est la musique noire américaine (soul, funk notamment) avec des leaders tel que James Brown, Otis Redding, Ray Charles et des groupes célèbres comme Earth Wind & Fire, The Commodores, Kool & the Gang...

Johnny Halliday : Dans la chaleur de Bercy

Arrivé en France pour des études juridiques et philosophiques, Melek continue à jouer et à chanter dans des groupes africains de Paris et collabore avec divers artistes en tant que guitariste ou chef de chœur. C’est ainsi qu’il codirigera 40 choristes de la chorale Pek Nyambe, sélectionnée en 1990 pour accompagner Johnny Halliday à Bercy durant tout le mois de septembre lors de sa tournée Cadillac, un spectacle qui a fait l’objet d’un CD et d’un DVD, Dans la chaleur de Bercy. En 1992, Melek crée Habassa & The New Melody, un groupe avec lequel il va jouer dans divers endroits, l’occasion de se confronter au public et de faire connaître ses propres compositions telles que « Bibégés bi Jah », « Bon ba kunde », « Topo na topo », « Dini longue », « Nyambe nsôn wem », « Soul Makoune », « La folie ô », « Get ready »…Sa musique faite de sonorités culturelles differentes donne naissance en 2003 à son premier album, The King of Glory, une expérience dans la « World African Gospel ». Melek y développe le gospel africain en y injectant des sonorités contemporaines (makossa, assiko, soul, funk, afro-beat, pop, afro-jazz, reggae…)

Inspirations

Depuis lors, Melek a donné de nombreux concerts et joué dans plusieurs festivals et manifestations. En avril 2009, il rentre en studio pour l’élaboration de son nouvel album, Inspirations, aux parfums de retour aux sources, avec des accents pluriels, afro-jazz, « makoune », makossa, assiko et des rythmes de l’Afrique de l’Ouest (afro-beat, mbalax, musique mandingue, coladeira, morna). Les chansons traditionnelles et les ballades sont au programme de ce disque magnifique, hommage à son Cameroun natal et aux musiques africaines. Melek y chante la paix, l’amour et l’espoir, s’affirmant ainsi comme un chanteur humaniste et rassembleur. Sans jamais perdre de vue ses racines les plus profondes, cet artiste n’a de cesse de jeter des ponts culturels entre l’Afrique et l’Occident et entre les différentes cultures africaines...

Boss Melek à l’Unesco

Unesco – Paris 2006 : de g. àd : Patrice Quenum (basse) ; Melek (guitare) ; Oulla (percussions) ; Adrien Lopez (guitare) ; Aude Dupond (chÅ“urs)

Parallèlement à sa carrière solo, Melek donne des cours de chant, de guitare et de gospel et caresse le rêve musical de créer des écoles de musique en Afrique. En dehors de ses talents musicaux, il est juriste, financier et philosophe de formation (Maîtrise de Droit des affaires à Paris I, DEA de Philosophie du droit et de l’Etat à Paris II, Diplôme en finance à l’ESCIA de Pontoise). Melek est activement engagé dans la lutte contre la discrimination, lutte positivement pour l’intégration et l’emploi des Français d’origine africaine dans la société française. Militant pour l’égalité, l’humanisme et la fraternité entre les hommes, Melek a participé aux Journées Africaine de l’Unesco en 2006.

 

par   Nago Seck  27 avril 2007 - © Afrisson