Afrisson

Biographie

Metsing Cissokho

   Mohamet Lamine Cissokho

Auteur, compositeur, guitariste, percussionniste (bongos, calebasse) et chanteur né en 1986 dans le quartier de la Médina à Dakar (Sénégal) dans une grande famille de griots du sénégalo-guinéenne, Mohamed Lamine Cissokho dit Ameth Cissokho ou “Metsing” navigue entre musique mandingue, afro-folk, mbalax, afro-cubain et pop...

Petit-fils de Djély Kéba Cissokho, de Soundioulou Cissokho dit “le roi de la kora” et de la diva de la chanson mandingue Maa Hawa Kouyaté (ou Mahawa), Metsing débute dans la musique à l’âge de 12 ans en accompagnant au balafon, lors des mariages et baptêmes, son père Banfa Cissokho et sa mère Mama Diabaté, tous deux sociétaires de l’Ensemble lyrique traditionnel du Théâtre Daniel Sorano de Dakar. En 2004, Metsing intègre comme guitariste, chanteur et percussionniste (bongos, calebasse) les Sisco Brothers, un groupe fondé par ses grands frères Soryba et Soundioulou Cissokho Jr. Après avoir collaboré avec des rappeurs sénégalais, comme Baay Bia, Nourou ou Saiba… Cinq ans plus tard, Il décide de faire une carrière solo et joue durant trois mois au Just 4U (Just For You), un club branché de la capitale sénégalaise. Ensuite, il est pendant un an avec Sisco Brothers, l’un des groupes animant les clubs de Saly Portudal, la station balnéaire de la Petite Côte, à 80 kms au sud de Dakar…

Arrivé à Paris en 2011, Metsing, soutenu par son oncle Djéour Cissokho, donne son premier concert français à Saraaba, l’espace culturel fondé par Nago Seck et Sylvie Clerfeuille. La même année, il crée son propre groupe, Afro World (actuel Sora Yaa), développant un afro-pop, fusion de musique mandingue, de mbalax, d’afro-cubain, de jazz, de blues, de pop ou de reggae et jouée avec balafon, kora, djembé, basse, guitare, accordéon. Le tout chanté en malinké, en wolof, en anglais ou en français. Outre sa propre carrière avec son groupe Sora Yaa, Metsing collabore avec les groupes Allalaké de Djéour Cissokho, Mandingue Vibration de Mamady Diabaté ou encore Khadim Mbaye…

 

par   Nago Seck  20 août 2011 - © Afrisson