Afrisson

Biographie

Mongezi Feza


Artistes Afrique du Sud | 1945-1975 | Groupes :  The Blue Notes | Styles :  Afro-jazz - Jazz

Flûtiste et trompettiste de jazz, Mongezi Feza alias Mong était également compositeur. Membre des Blue Notes, il intégra dans son répertoire différents styles, kwela, jazz ellingtonien, jazz progressif anglais (Britimpro), funk et free jazz.

Né à Queenstown en 1945 , Mongezi Feza a commencé à jouer de la trompette à l’adolescence. Il est très vite deven un musicien professionnel et s’est fait connaître dans les compétitions de jazz et en particulier au festival de jazz de Moroka-Jabavu. Il enregistre avec le big five d’Eric Nomvete, joue dans le Swinging City Sextet dirigé par Ronnie Beer et le Castle Lager Big Band conduit par Chris McGregor. En 1962, il rejoint les Blue Notes formé par ce dernier.
Le groupe s’exile en 1964 en Europe puis se sépare l’année suivante à Londres. Multi-instrumentiste, Mongezi Feza joue alors au sein du Brotherhood of Breath, le big band formé par Chris McGregor mais participe aussi aux groupes montés par Dudu Pukwana, Assagai puis Spear dans les années 1970.
Il joue en 1971 dans l’album Septober Energy de Keith Tippett puis dans Flute musicet dans Ruth Is Stranger Than Richard de Robert Wyatt en 1975, l’année de sa mort. Le Blue Notes se reforme le temps d’un hommage, Blue Notes for Mongezi.

« Mongezi avait une manière d’utiliser sa trompette qui était si claire, si forte, si puissante, qu’il n’y avait jamais de merde avec lui. Il était très exigeant envers lui-même. Lorsqu’il jouait, il jouait vraiment ». Robert Wyatt.

« Feza fut souvent comparé à Don Cherry : j’ai surtout le sentiment d’une réelle originalité qui se manifeste notamment par ses très courtes phrases délivrées en chapelet. C’est en raison de celles-ci que quelques critiques de jazz citèrent Dizzy Gillespie parmi ses influences. ». Olivier Ledure.

Sources :
Wikipedia
Olivier Ledure, Improjazz n° 120 (novembre & décembre 2005)
allmusic.com, Mongezy Feza by Francesco Martinelli.

 

par   Sylvie Clerfeuille  4 mars 2008 - © Afrisson