Afrisson

Biographie

Monica Pereira


Pour Monica Pereira tout commence en Guinée Bissau où elle est née en 1986 d’un père bissau-guinée et d’une mère capverdienne. Très jeune, elle s’envole pour Lisbonne (Portugal). Sa mère y fait ses études d’institutrice mais a pour objectif d’exercer en France. Direction Paris. Monica, jeune adolescente de 14 ans, aînée de trois enfants, apprend alors la langue française. “A cet âge”, se souvient-elle, “on ne se pose pas de questions : on s’adapte”. Monica prend goût à l’écriture et à la poésie en particulier.

Honneur ô Dames

Déclic à 17 ans : une amie lui propose de se joindre à un événement sur le thème de la condition féminine, l’image devient plus claire et s’impose presque à elle. Un groupe prend forme et Monica organise sans même le savoir les fondements de ce qui deviendra plus tard le groupe Honneur ô Dames. En 2001, l’album éponyme Honneur ô Dames, dont “Mama” aux parfums flamenco et rap voit le jour chez Sony Music et vit un succès d’estime. Quelques temps après le groupe se sépare. Monica Pereira, forte de son expérience, se lance alors dans une carrière solo. Ses efforts et son talent payent, avec une signature chez Warner.

Monica en solo : Continuo Cantando

Un premier maxi CD Ahou sort. Indépendante dans l’âme, Monica Pereira décide en 2006 de revenir vers “les gens qui m’ont donné envie de faire de la musique” dit-elle. Monica retrouve alors un ami de longue date qui, entre-temps, a monté son label Rebel Music Xplicit / RMX Prod. Une nouvelle aventure peut commencer avec le single Beijo na boca (2009), réalisé avec les auteurs, compositeurs Jean Claude Scherrer et Mourtar Diallo, et suivi la même année de l’opus Continuo Cantando. “Cet album s’est fait naturellement” explique-t-elle, avec aujourd’hui plus d’une trentaine de titres à son actif et de vraies perles musicales en préparation. Continuo Cantando, comme finalement toutes les premières œuvres est autobiographique, Monica Pereira s’y exprime, d’une voix à la fois sensuelle et chaude, en trois langues, en Français, en Portugais et en Espagnol, ses deux langues maternelles.
Grâce à la présence d’excellents musiciens, Continuo Cantando est un subtil mélange de sonorités capverdiennes (coladeira, morna, funana), bissau-guinéennes ([gumbe-5950] ou goumbé), angolaises kuduro, antillaises zouk), autres musiques urbaines et boîtes à rythmes que Monica Pereira a découvert en France. La boucle est définitivement bouclée lorsqu’elle accueille sur le titre “Dame un sentido” l’immense Justino Delgado, grand artiste africain lusophone. Continuo Cantando est un voyage tout en escales, une saveur venue d’ailleurs que Monica a présenté lors de son show-case privé le 30 Septembre 2009 au Réservoir.

Monica Pereira et Teacher Jekyll

En 2013, Monica pose sa voix sur le titre Esa Noche de Dis moi Zouk, une compilation réalisée par Medhy Custos. Et depuis la même année, elle collabore avec Teacher Jekyll, une formation française de Nantes, spécialisée dans l’électropical, aimant jouer avec la dualité et mélangeant des saveurs latines et tropicales à des sons plus urbains. Elle fera ainsi un featuring sur le titre "O Bairro" de l’album Otro Sonido du groupe. Une expérience renouvelée en 2014, avec le single "Preta" (feat. Charlotte Méas & Eric Proud), Monica apparaissant sous le pseudo Miss Djalo. Elle enregistrera plusieurs autres chansons avec le groupe Teacher Jekyll.

Spontanée, généreuse et charismatique, Monica Pereira incarne à merveille la tradition créole lusophone dans laquelle elle baigne depuis sa tendre enfance. Monica fait partie de ces artistes à la personnalité attachante, dont la présence procure un réel moment de plaisir et de partage.

 

par   Nago Seck  20 juin 2009 - © Afrisson

News

Monica Pereira
 
Monica Pereira rend hommage à Cesaria Evora (1941-2011)

En ce 1er jour de l’an 2017, la chanteuse originaire de Guinée Bissau, Monica Pereira, lance sur les plateformes de téléchargement "Ave Cesaria", un vibrant hommage à Cesaria Evora, la diva capverdienne disparue le 17 décembre 2011.
Le clip de cette magnifique morna enregistrée en duo avec le pianiste Olivier Corre, et chantée en français, est filmé par Yann Gateau au Radisson Blu de Nantes, en France.