Afrisson

Morabeza Records

Morabeza Records, ex Casa Silva, est fondé en 1965 par Joao Silva aka Djunga D’Biluca, un militant du PAIGC (Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée Bissau et du Cap-Vert) après en avoir informé Amilcar Cabral. Le label est alors l’expression des revendications identitaires des Capverdiens. Certains disques, pour échapper à la censure de la PIDE, la police politique portugaise, circulent sous le manteau. Morabeza Records édite les deux premiers 33 T de l’histoire de la musique capverdienne (Caboverdeanos na Holanda et Os Verdeanos) ainsi que les albums du groupe pionnier Voz de Cabo Verde.

Djunga D’Biluca signe ensuite l’Angolais Bonga, puis le chanteur de morna Bana et bien d’autres encore. Mais la politique rattrape bientôt ce militant actif du PAIGC qui devient consul du Cap-Vert aux Pays-Bas en 1977. Ses obligations officielles qu’il mène de front avec son activité auront bientôt raison du label qui décline peu à peu pour s’arrêter en 1984.

L’idée de relancer le label se fait jour en 1996. Elisio Lopes, le neveu de Joao Silva, propose alors d’associer Morabeza Records à des entreprises à dimension artistique, historique et culturelle afin d’établir une interactivité entre la France et les îles. En 2002, la version définitive du projet est soumise à l’attention de Djunga d’Biluca, qui donne son feu vert au nouveau plan de développement de Morabeza Records. Le label renaît officiellement en 2003 et s’installe à Paris. Suivent bientôt a Mindelo, la création du "Café Musique Concert", de "Mindelo Film", une société d’images, de Morabeza Records Editions et d’une galerie d’art fin 2006.

Morabeza Records a, depuis sa renaissance, produit Humbertona, Jorge Humberto, Vasco Martins et l’Angolais Bonga.

La philosophie de Morabeza Record : restituer l’identité culturelle capverdienne et aider à la faire connaître auprès de la diaspora.

Source : http://morabezarecords.blogspot.com/

 

par   Nago Seck  18 août 2007 - © Afrisson