Afrisson

Biographie

Muntu Valdo

   Louis-Valdo Mbenda Muntu
Artistes Cameroun | Naissance : 1972 | Styles :  Afro-blues - Blues - World / Musique du monde Site internet

Auteur, compositeur, arrangeur, harmoniciste, guitariste, percussionniste et chanteur, Louis-Valdo Mbenda Muntu (la loi de l’homme) alias « Muntu Valdo » opère un « Sawa Blues » enraciné au coeur de son Cameroun natal.

Le Sawa Blues

Muntu Valdo et ses amis (2005)

D’origine Douala, membre de la communauté « Sawa » qui s’étend le long de la côte ouest camerounaise, Muntu Valdo a senti très tôt que la musique, le chant et la poésie le mèneraient au plus prés de lui-même. Plusieurs fois, l’art l’a éloigné des chemins de traverse. Dès l’âge de 15 ans, il développe au sein d’un groupe formé avec des amis le « sawa blues », intégrant divers styles (tradition, blues, bossa, afro-cubain, jazz, afro-jazz, soul, funk), une synthèse de ce que les « Afros » ont contribué à créer sur la planète au travers des siècles.

Keziah Jones, Manu Dibango, Bébé Manga

La chanteuse camerounaise Bébé Manga (2005)

Créateur talentueux, Muntu Valdo, tout en composant son propre répertoire, accompagne des vedettes comme Keziah Jones, Rido Bayonne, Etienne Mbappé, Lokua Kanza, Staff Benda Bilili, Eko Roosevelt, André-Marie Tala->716], Bébé Manga (rendue célèbre par son interprétation de « Amio » de Manfred Ebanda en 1980). Il est aussi sollicité pour les premières parties de Tony Allen, Lionel et Stéphane Belmondo ou encore Richard Bona. L’expérience acquise auprès de ces artistes parfait sa technique instrumentale et vocale. Lokua Kanza lui reconnaît un talent mélodique et une invention harmonique digne des plus grands tandis que Manu Dibango recommande tout simplement de l’écouter.
En 2004, alors qu’il n’a pas encore réalisé un seul album, son titre « Leta » est choisi par la Fnac - Forum des Halles pour la compilation Auprod Jazz vol1.

L’homme orchestre

Muntu Valdo au Queen Elisabeth Hall de Londres en 2007

L’année suivante, Muntu Valdo autoproduit Gods & Devils - Moiyé na muititi, une première œuvre épurée mais d’une grande profondeur. On y découvre un talent à l’état brut dont la musique vient du coeur pour parler aux coeurs. Entre blues des forêts tropicales (« Leta »), afro-beat avec introduction de guitares aux accents flamenco (« E Titi Lambo »), phrases de sanza, de balafon et d’harmonica ondoyants (« Di Mala ») ou couleurs bossa (« Di Sibi »), cet homme-orchestre (guitare, harmonica, voix, percussions) est bien l’une des révélations africaines de la première moitié du 21ème siècle...
Accompagné d’un groupe ou en solo avec sa guitare, son harmonica, ses « pedals » et sa voix claire et riche d’intonations, Muntu Valdo distille son « sawa blues » d’une subtile beauté mélodieuse sur toutes les scènes du monde : France, Angleterre, Espagne, Mexique, Cameroun...

Ali, Toumani, Ray et So

En juillet de la même année, Nago Seck le présente à Ali Farka Touré et Toumani Diabaté de passage à Paris pour la promotion de leur album In the heart of the moon (Grammy Award 2006 aux USA) ainsi qu’à Ray Lema, trois grands noms des musiques africaines qui le prennent aussitôt sous leur coupe. Muntu Valdo réalise ainsi un rêve d’enfant en croisant ses cordes avec l’un de ses idoles, le bluesman malien Ali Farka Touré, disparu le 07 mars 2006 à Bamako au Mali suite à un cancer.
L’année 2011 voit cet artiste qui vit désormais à Londres sortir The One & The Many (Warner Jazz), un album qui témoigne de la foi de l’artiste en la puissance de l’individu, dans sa capacité à générer une multitude d’identités...
Cet album entièrement écrit, composé et arrangé par ses soins dans son home studio londonien et où il joue lui-même une soixantaine d’instruments est d’ailleurs fort bien accueilli et reconnu par les labels Serious, Warner en Grande Bretagne et en France et Naxos aux Etats-Unis.

Homme orchestre amoureux du blues, Muntu Valdo est aussi un passionné de l’Egypte et de Cheikh Anta Diop qu’il ne cesse de chanter, un amour qu’il partage avec le « brakkaman » congolais, So Kalmery.

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson

News

Muntu Valdo
 
Les musiciens africains célèbrent les JO

A l’occasion des Jeux Olympiques de Londres, le BT River of Music organise une scène Afrique les 21 et 22 Juillet 2012. Y participeront de nombreux artistes de tout le continent : Seckou Keita & The Bantamba Syndicate, Modeste Hugues, Islands, Hugh Masekela, Justin Adams & Juldeh Camara , The Invisible Republic of JuJu, Angelique Kidjo, King Sunny Ade, Baaba Maal, Tamarundi ft. Alhousseini Anivolla & Steven Sogo, East Africa United, Krar Collective, Noisettes, Staff Benda Bilili, Zao et Muntu Valdo. A cette occasion, le jeune artiste camerounais sort chez Warner 5 Circles of Humanity, un single qui prône les valeurs olympiques de tolérance, de paix et de compréhension . Pour la première fois lors de Jeux Olympiques,les 53 comités nationaux olympiques d’Afrique se réuniront dans « l’Africa Village », au coeur de Londres du 27 Juillet au 12 août 2012. La scène de l’Africa Village sera animée tous les jours des jeux de 13 à 15h et de 18 à 21h. Y sont attendus des musiciens nigerians, l’angolais Lulendo, des percussionnistes marocains et bien d’autres artistes dont la liste devrait être communiquée prochainement par le comité. Une volonté de célébrer l’unité du continent. Le temps d’un été, Londres dansera sur tous les sons du monde !!!