Afrisson

Biographie

Naneth

   Nanette Pauline Nkoghé
Artistes Gabon | Naissance : 1974 | Styles :  Afro-rap

Auteure, interprète, Nanette Pauline Nkoghé aka « Naneth » à la voix riche et claire, développe un style tiré des musiques traditionnelles gabonaises gabonaises (« bwiti elongo », « ndjembet », « mbali ») et agrémentée de pop, soul, R&B, rap (hip hop) ou ragga, le tout concocté par Landry Kevyn Onguelle, compositeur et multi-instrumentiste (claviers, basse, percussions…

Née en 1974 à Port-Gentil au Gabon, Naneth débute sa carrière musicale au début des années 1990, au sein du groupe E.L.R.A.C du lycée d’Etat de l’Estuaire, devenant la pionnière du mouvement hip hop féminin dans son pays.

En 1996, munie de son baccalauréat, Naneth s’inscrit à la Faculté de Lettres et intègre comme chanteuse l’orchestre de l’Université Omar Bongo Ondimba. Elle est alors remarquée par le producteur et propriétaire du studio Kage-Pro, Georges Kamgoua qui lui propose de participer à la compilation Bantou Mix où elle apparaît avec le titre « Johnny ». Un an plus tard, elle est lauréate du concours Xippi/MCM Africa avec le titre « Wulegue » (« Avance ! » en langue Fang du Gabon). Cette victoire aboutit à l’enregistrement, dans le studio Xippi de Youssou Ndour à Dakar au Sénégal, d’un maxi single de 3 titres qui ne verra pas le jour, faute de producteur. L’année 1998 la voit devenir choriste de Pierre Claver Akendengue, son mentor au Carrefour des Arts, un centre de formation des jeunes artistes créé par la vedette gabonaise. En 2001, son titre « LBV mon Blues » (Libreville mon Blues) apparaissant dans la compilation Mémoire Vive produit par Didier Ping sera classé 3ème du hit parade de l’émission Couleur Tropicale sur RFI (Radio France Internationale). Dès lors, Naneth, pionnière et icône du R&B et du hip hop ou rap gabonais, est sollicitée pour des collaborations diverses…Mais il faudra attendre 2005 pour entendre Le présent, son premier disque lancé lors d’une soirée au CCF (Centre Culturel Français de Libreville - Gabon).

Le compositeur et multi-instrumentiste, Landry Kevyn Onguelle, àla basse àSaraaba - Paris 2011

Sa musique mêlant musiques traditionnelles gabonaises, soul, R&B, ragga ou rap) et concoctée par le compositeur Landry Kevyn Onguelle (claviériste de Pierre Claver Akendengue), sa voix aux inflexions multiples et ses textes engagés (sur le droit des femmes, l’éducation des enfants, la solidarité, l’unité africaine ou encore les enfants de la guerre…) enthousiasment aussitôt le grand public. Ce succès naissant lui vaut plusieurs récompenses : Finaliste du prix RFI Musiques du monde, Lauréate des Kora Awards, dans la catégorie « Meilleure artiste féminin d’Afrique centrale ».
Cette renommée continentale lui permet de participer au Coffret de 3CD, « Francophonie en 2006 », réalisé par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et le Conseil Francophone de la Chanson (CFC)). la même année, elle réalise son premier concert au CCF (Centre Culturel Français de Libreville - Gabon) et participe à l’atelier « Autour de Lokua Kanza » dans le cadre du festival Gabao Hip Hop. L’année 2007 la verra remporter le prix de « Meilleure Artiste Ragga » aux Balafons Gabon Musics Awards. Quatre ans plus tard, son compatriote Lord Ékomy Ndong l’invite sur le titre « Engongol » de son album rap Ibogaïne paru le 18 juin (un clin d’oeil à l’appel du 18 juin 1940 du général Charles de Gaulle à continuer le combat depuis la BBC à Londres). D’autres rappeurs comme Maât Seigneur Lion, Chef Keza, Queen Hélène, Youssoupha, Al Peco et Lalcko y sont présents. En 2012, Naneth enregistre avec son fidèle compositeur Landry Kevyn Onguelle, Minga, un album de 10 titres dédié aux femmes du monde et mêlant pop, R&B, soul et musiques traditionnelles gabonaises (« bwiti elongo », « ndjembet », « mbali »)…

* Crédit photo : Nago Seck

 

par   Nago Seck  5 mai 2007 - © Afrisson