Afrisson

Biographie

Nel Oliver

   G. F. Noël Ahounou
Artistes Bénin | Naissance : 1948 | Styles :  Afro-funk - Afro-soul - World / Musique du monde

Né le 17 décembre 1948 à Cotonou, au Bénin, l’auteur, compositeur, arrangeur, ingénieur du son, directeur artistique et chanteur G. F. Noël Ahounou aka Nel Oliver navigue entre afro-funk et afro-pop, teintés de jazz, soul , rock, gospel, boogie-woogie ou reggae et slows lancinants tirés des musiques traditionnelles, dont l’akpala yoruba, chantés en français, en yoruba ou en anglais, comme le laisse entendre ses tubes “Baby Girl” et "Upheaval" (soulèvement). Propriétaire, dès 1981, de son studio d’enregistrement à Paris, Spade Music, il est aussi un des principaux producteurs béninois avec son label Nel Oliver Productions créé en 1987...

Let my music take you

A l’âge de 14 ans, Nel Oliver débute comme guitariste et chanteur dans le Ry-Da Jazz de la Capitale, l’Orchestre de son frère aîné avec lequel il anime les clubs du pays et tourne dans la sous-région jusqu’à son départ pour Paris en 1967. Dans la capitale française, il joue avec divers groupes de musique africaine, de funk, soul, rhythm’n blues, disco ou rock, avant de se lancer dans une carrière solo. En 1976, Nel Oliver sort sur le label Fiesta Records The Trip / Let my music take you, co-écrit avec Frank Abel, un claviériste américain, adepte de funk et installé en France depuis 1971. Ce premier 45 tours aux parfums afro-beat-funk-soul ou disco, chanté en anglais connaît un succès immédiat en Afrique où il fait le bonheur des discothèques. Suit en 1977 Hi-Fi Woman / I’m looking for myself, son premier album à la même tonalité, chanté en anglais et toujours réalisé avec Frank Abel. Non content de cet opus et constatant que certaines techniques d’enregistrement n’étaient pas maîtrisées par un certain nombre d’ingénieurs du son en Europe, Nel Oliver va suivre une formation théorique et pratique d’ingénieur du son / technicien du son en France et en Angleterre.

Le studio Spade Music et collaborations diverses

Fort d’une solide et riche experience technique, Nel Oliver lance en 1980 à Paris son propre studio d’enregistrement, Spade Music, devenu bien vite le lieu privilégié de nombreux artistes africains (Manu Dibango, Papa Wemba, Abeti Masikini, Mbamina, Kassiry, Touré Kunda, Zaïko Langa Langa, Kanda Bongo Man, Franco, Docteur Nico, Tim & Foty de Jean-Marie Tiam aka Tim et Maurice Foty…), et de la diaspora (Jean-Claude Naimro, Jocelyne Béroard ou Claude Vamur de Kassav’, Toum Black, Ipomen Leauva…). C’est dans ce studio qu’il enregistre la même année deux 33 tours : l’album éponyme Nel Oliver, dont le titre phare "I have a good job", et In the heart of the ghetto / Mama mother (CBS), au beat afro-funk de belle facture, réalisée par ses soins et co-arrangé avec Patrice Cinelu et Olivier Hutman. Ce disque dont est extrait un 45T du même intitulé sera classé au Top des Hit Parades français pendant plusieurs semaines.
Après avoir réalisé et mixé en 1984 l’album Energie du groupe Mbamina au studio I.A.D. de Brazzaville au Congo, Nel Oliver est sollicité par Gérard Akueson pour l’opus l’opus Amour ya sens unique de la diva Abeti Masikini enregistré à l’Office Togolais des Disques (O.TO.D.I.) de Lomé, au Togo. A cette occasion, le gouvernement togolais lui propose de collaborer avec cette structure qu’il a mise en place et dont les productions sont distribuées par leur label Africa New Sound. C’est ainsi qu’il y réalise son 33 tours éponyme Nel Oliver : E Je Ka Tchire (1985) dont est extrait le maxi 45T Tobolo qui lui permet de renouer avec le public africain.

Upheaval, le soulèvement

A la même période, Nel Oliver réalise pour Africa New Sound des albums de Docteur Nico, Johnny Bokelo, Mayaula Mayoni et des Redoutables, le groupe d’Abeti. En 1987, il installe à Cotonou, au Bénin, son studio d’enregistrement, rebaptisé Nel Oliver Productions, plus performant et véritable référence dans la sous-région, eu égard à la qualité des œuvres qui en sortent. En même temps, il lance Africa Distribution, une structure de distribution et un magasin de disques. Dès lors, Nel Oliver va se consacrer à la production d’artistes, histoire de mettre à leur disposition, son savoir-faire et l’expérience aquis en Occident. Feront partie des artistes produits : Sagbohan Danialou, Prince Adé-Oyé, Anafi Alao, Adjassa, Amagnon Koumagnon, Madou, Kinmagnon Agbéhounkpan, Anna Teko, Gankpon Gbessè, Martin Hod, Abdallah, Castella Ayilo, Dalina Pep’s, Aurore Gbetie, Giro, Abdallah, et bien d’autres encore… En 1988, Nel Oliver sort son album Wadjo, dont "Upheaval" (soulèvement), un titre funk / soul / akpala (un rythme traditionnel yoruba), chanté en yoruba et dédié à Nelson Mandela. Dénonciation de l’apartheïd, de la ségrégation raciale et de l’intolérance, appel au rapprochement et à l’union des peuples, "Upheaval" a fait le tour du monde et demeure encore aujourd’hui un réel sujet d’actualité et un véritable succès. L’année suivante, il est sollicité par Antenne 88 pour participer à la Tournée des Quotidiens du Sud-Ouest, en France, avec la Bande à Basile et Carlos.

Récompenses et reconnaissances

En 1992, Nel Oliver participe activement à la préparation du "Festival Ouidah, Route de l’Esclave" et gratifie les festivaliers de trois concerts mémorables. Un an plus tard, il est nommé "Ambassadeur des Affaires Culturelles de l’URTNA" (Union des Radios et des Télévisions d’Afrique) pour sa contribution à la promotion de la musique africaine dans le monde et ses efforts pour une meilleure entente entre les peuples. En 1995, il est fait Chevalier de l’Ordre National du Bénin par le président de la République pour les actions qu’il ne cesse de mener en faveur de la défense de la culture de son pays. Deux ans plus tard, Nel oliver reçoit un Prix Spécial au “Premier Festival Afrique-Caraïbe” à Paris (France). Le 16 Novembre de cette même année 1997, il reçoit le Black Entertainment Award (Celebration of Excellence in Culture) au Nigeria pour le thème de son œuvre en faveur de la paix et du rapprochement entre les peuples : "Upheaval".
En 1998, année de la sortie de Baby Girl, un magnifique morceau mêlant akpala yoruba, soul et gospel et chanté en français, yoruba et anglais, Nel Oliver est lauréat du "Prix Panafricain de la chanson Ngwono Africa" au Congo Kinshasa (RDC), est nominé aux Kora Awards à Sun City en Afrique du Sud, puis remporte le trophée "Bénin Golden Award" (BGA), dans la catégorie "Meilleure Musique Moderne d’Inspiration Traditionnelle". L’année suivante, il reçoit le deuxième prix de la "Chanson francophone" en Polynésie et reçoit le trophée du "Meilleur vidéogramme masculin" au Bénin Golden Awards (BGA).

Démocratie et hommage

En novembre 2004, Nel Oliver est chargé, en tant que directeur artistique, d’enregistrer dans son studio les 12 candidats en compétition à la première édition du Grand Concours de la Chanson Francophone d’Afrique (Afrivision) à Cotonou, au Bénin. Janvier 2005 le voit recevoir de la part du Comité d’Organisation d’Afrivision un trophée en reconnaissance de la qualité du travail de "Direction Artistique et Technique" qu’il a abattu pour la réussite de cet événement. En février de la même année, il réédite dans une version reggae Démocratie, un Hymne à la Conférence Nationale des forces vives de la nation tenue en février 1990 au Bénin, initialement enregistré en 1990. Un an plus tard, Nel Oliver sort Hommage à Gnonnas Pedro, un single au beat reggae africain dédié à son compatriote et aîné Pierre Gnonnan Sossou aka Gnonnas Pedro (1943-2004), figure emblématique des musiques “agbadja” et “mono” du Sud-Ouest du Bénin, de la salsa ouest-africaine et ex-membre d’Africando, le fameux orchestre panafricain d’afro-cubain initié par Ibrahima Sylla de Syllart Productions.
Lauréat le 27 octobre 2006 du Trophée Hokan ("Artiste Meilleur Etat d’Esprit"), Nel Oliver co-parraine la même année la soirée "Be A Part of It", avec la ministre des Affaires Etrangères du gouvernement d’alors.

Militantisme

Militant depuis 2005 pour la cause du Téléthon aux côté du Ministère de la Santé Publique pour collecter des fonds afin de soigner et prendre en charge les malades du SIDA, de la Tuberculose et du Paludisme, Nel Oliver sensibilise depuis 2007 les populations à donner un peu de leur sang pour sauver des vies humaines.

Lauréat du "Trophée Hokan" récompensant la qualité de son parcours et de sa carrière musicale (23 novembre 2008), du "Trophée Fraternité" pour la meilleure composition de Chanson pour la Paix (3 avril 2010), du "Trophée de la Paix" décerné le 19 décembre 2010 par l’ONG AMAF-Bénin lors des festivités marquant ses 45 ans de carrière, Nel Oliver est le Président de l’Association des Musiciens et Chanteurs du Bénin (A.M.C.B.) Il est aussi le Président Fondateur du Comité Béninois de Lutte contre la Piraterie (CO.BE.CO.P), Président Fondateur du Collectif des Associations d’Artistes du Bénin (C.A.A.B.) qui est en fait l’ancêtre de l’actuelle Fédération des Associations d’Artistes du Bénin (FAABEN). En outre, Nel Oliver est le Premier Vice-Président de l’OMB (Organisation des Musiciens du Bénin), une organisation à caractère syndicale devenue F.M.B. (Fédération des Musiciens du Bénin) dont il en est le Président du Conseil Fédéral. Il est également membre de la Commission Nationale de Lutte contre la Piraterie (C.N.L.P).

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson