Afrisson

Biographie

Nicole Musoni


Fille du célèbre artiste rwandais Evariste Musoni et d’une mère, prof de danse africaine, Nicole Musoni avait à peine 2 ans quand elle a mis le pied sur scène pour la première fois, lors d’un spectacle de son père à l’Odéon Palais Auditorium. Bien que sa famille soit installée depuis la fin des années 1980 à Montréal, au Canada, Nicole Musoni reste profondément ancrée dans ses racines africaines qu’elle mêle au R&B, à la soul, à la pop ou au funk pour offrir un afro-folk authentique et plein d’émotion, chanté en français ou en anglais...

En 2003, Nicole Musoni décide de se consacrer réellement à la musique en participant à Miss Exotica et à Soul Eklektic. Un an plus tard, elle remporte le prix du concours « Secondaire en Spectacle » de son collège, et en 2005, elle intègre comme chanteuse la Jam Vocal School de Montréal, une école de chant qui lui donne l’occasion d’être auditionnée par son compatriote Corneille dont elle devient une de ses choristes. L’année 2009 la voit être finaliste de la « Star Academy » au Québec. Chaperonnée par son professeur Jennifer Mead, Nicole Musoni perfectionne la technique vocale et la composition durant quatre années. A présent, bien armée musicalement, Nicole Musoni découvre les studios en participant aux enregistrements d’artistes nationaux comme Bilo, le groupe Zénith, S-Cro ou encore Sola...

A l’écoute de divers artistes tels que Jill Scott, India Arie, Alicia Keys, Lara Fabian, Erykah Badu, Brian Mcknight… et notamment Céline Dion, Nicole Musoni s’inspire de ses influences pour développer son propre style inspiré du R&B, de la pop, de la soul music et du funk. « Personne ne peut surpasser le charisme musical de Céline Dion ; elle est toujours mon artiste préférée. Elle m’a donné le goût de chanter dans ma maison, ici au Québec ».

Sa musique acoustique (ou afro-folk) mêlant sonorités africaines, R&B, soul, pop ou funk et chantée en français ou en anglais est gravée sur ses albums Chasin’ Dreams short tape chapter 1 (2012) et Chasin’ Dreams chapitre deux (2013).

 

par   Nago Seck  6 juin 2012 - © Afrisson