Afrisson

Niger

Niger


Pays  | Indépendance-Libération : 1960 | 1.267.000 km² - 12.894.865 h

Fanfares et rumba

Dans les années 1950/1960, le Niger swingue d’abord au son des fanfares avant de fonder dans les années 1970, à Zinder et à Niamey, ses deux premières formations modernes cantonnées dans les reprises de rumba et de valse. En 1974, les Ambassadeurs du Sahel d’Ali Zibo et d’El’Hadj Taya tentent de valoriser le patrimoine traditionnel (peul, haoussa, zarma, fon, mina et djerma). Ils seront suivis de l’Orchestre Caravane et du Super Soni (ex-Soni Niger).

Musiques de fusion et afro-beat

Le Centre de Formation et de Promotion Musicale créé en 1989 encourage les musiques de fusion lancées par des groupes comme Takeda, Djado Jazz et Adam’s Junior Band. D’autres artistes et groupes tels que Moumouni Yacouba, Samari Nouvelle Formule, Saadou Bori et les guitaristes Moussa Poussy et Fati Marikou développent un afro-beat tiré des rythmes du terroir tandis que Dias s’oriente vers un reggae roots et que le groupe Danganba opte pour une musique entre rythmes traditionnels du Niger et afro-beat. Haruna Ishola valorise la musique Apala, le groupe Mamar Kassey met en valeur le jeu du balafon, Toumast Band interprète un blues tamachek et Zara Moussa est une des premières rappeuses d’Afrique de l’Ouest.

 

par   Nago Seck  11 mai 2007 - © Afrisson

situ