Afrisson

Biographie

Patrice

   Patrice Bart-Williams

Né le 9 juillet 1979 près de Cologne, en Allemagne, d’un père écrivain, journaliste, cinéaste et militant, Gaston Bart-Williams, originaire de Sierra Leone, et d’une mère allemande, Patrice Bart-Williams aka Patrice. A la mort de son grand père, le jour de sa naissance, son père le nomme Baba Tunde ou Babatunde (“Le retour du vieux” en Yoruba). Auteur, compositeur, guitariste (acoustique) et chanteur, Patrice navigue entre reggae, ragga, roots et acoustique (afro-folk, ballades), agrémenté de soul, de blues, de rhythm’n blues et de hip hop

Patrice grandit en Allemagne aux sons des musiques qu’écoutaient ses parents. Son père se passionnait pour les musiques africaines (maringa sierra-léonais ou “palm wine music” (musique de vin de palme), afro-beat de Fela Anikulapo Kuti, juju music de King Sunny Ade, blues noir américain, reggae jamaïcain de Max Romeo & The Upsetters ou Burning Spear, tandis que sa mère affectionnait le jazz de Billie Holiday et le folk song, le folk-rock, la country music ou country-rock de Bob Dylan. Un an après la disparition de son père, né le 3 mars 1938 à Freetown et décédé le 28 août 1990 dans un accident de bateau au large des côtes de Sierra Leone. Patrice, alors âgé de 12 ans s’adonne à la guitare et écrit ses premières chansons, influencé par le reggae de Bob Marley (Jamaïque), le blues-rock de Jimi Hendrix (Etats Unis) et le hip hop de Wyclef Jean, Lauryn Hill, John Forté et Pras des Fugees (USA). Bientôt, il participe à des Sound Systems, avant de rejoindre, après ses 18 ans, le reggaeman Don Abi et le chanteur Amaechina du collectif Bantu Crew. Avec ces derniers, il participe, sous le nom de Babatunde, à l’enregistrement de deux singles.

Mais il faut attendre 1999 et la sortie de son premier EP Lions produit par Matthias Arfmann du label indépendant allemand Yo Mama Records pour entendre la musique au beat reggae, ragga, roots et acoustique (afro-folk, ballades), agrémenté de soul, de blues et de hip hop, chantée d’une voix particulière en broken English par cet apatride Germano-Sierra-Léonais. Cette musique arrive aux oreilles de la chanteuse Lauryn Hill des Fugees en concert en Allemagne, et séduite par la musique de Patrice, lui propose de l’accompagner dans sa tournée mondiale de promotion de son album The Miseducation, mais le jeune artiste Germano-Sierra-léonais est toujours étudiant. Un an plus tard, sort son premier opus Ancient Spirit, accompagné de Ancient Spirit, The Second Coming comprenant 4 titres Live “(“Lions”, Love”, “Fear rules”, “No excuse”). Entouré de la section cuivre des Skatalites, des musiciens jamaïcains du groupe Shashamani Band, de Judy Gordon ou encore de Rooke Yellow, Patrice est aussi à l’aise sur un ragga festif que sur un reggae militant ou une session folk acoustique. Il revisite ses classiques en leur insufflant un supplément d’âme et une bonne dose de légèreté. En 2002, Patrice enregistre How do you call it, un deuxième disque à la sauce reggae, ragga, soul, jazz, funk ou hip hop, avec une petite touche électro apportée par Cameron Mc Vey. Sur ce disque réalisé avec les musiciens jamaïcains du Shashamani Band, on retrouve des guest-stars comme Sly Dunbar, Robbie Shakespeare et Darryl Thompson.

Après une expérience avec le collectif allemand Silly Walks Movement aboutissant à la sortie, en 2003, de Silly Walks Movement Meets Patrice, un album reggae, ragga, dub et ballades folk (2 titres), Patrice enregistre Nile (2005), du nom de son fils qu’il a eu avec sa compagne, la chanteuse Germano-Nigériane Ayọ. Suit en 2006 Raw and Uncut, un album live enregistré le 17 décembre de la même année au Zénith de Paris (France), avec les musiciens jamaïcains du Shashamani Band. Ce disque est accompagné d’un DVD comprenant un reportage sur l’artiste, sa tournée et son groupe (“Life, Killing the distance”) et 19 titres du concert (“Live in Paris”). De 2008 à 2010, Patrice réalise une tournée internationale (2008-2009), remporte l’Award du "Best Live Act" aux 1Live Krone 2008 de la radio allemande 1Live, et enregistre Free-Patri-Ation (2008), un double album comprenant une une vidéo (“Clouds”) et où l’on retrouve sa compagne Ayo (“Same Ol’ Story”) et Seun Kuti (“No Screwface”) le fils du père de afro-beat, Fela Anikulapo Kuti. A la sortie de One, la tournée de promotion, "One Tour 2010", avec son groupe The Supowers, est l’occasion pour Patrice d’organiser à chaque date des "Blitzgigs", des concerts acoustiques improvisés dans des bars de chaque ville étape.

* Source : http://patricebartwilliams.free.fr
Crédit photos : http://patricebartwilliams.free.fr / http://www.vebidoo.de

 

par   Nago Seck  7 septembre 2010 - © Afrisson