Afrisson

Biographie

Patrick Ruffino


Né à Cotonou au Bénin, dans une famille multiculturelle, l’auteur-compositeur, producteur, réalisateur, arrangeur, bassiste et chanteur, Patrick Ruffino a baigné, enfant, dans diverses musiques africaines (béninoise, nigériane, ghanéenne, burkinabée..), dont le highlife et l’afro-beat... Mais aussi dans le jazz, le funk, le reggae, la salsa (afro-cubain), le R&B, la soul, le gospel, le blues, le rock… Plus tard, il développe de l’afro-fusion, un style entre afro-funk-groove, afro-pop et afro-jazz...

Patrick Ruffino invente ainsi une musique inédite et dans l’air du temps, évidente et révolutionnaire, gorgée de multiples influences africaines et occidentales avec une identité propre, solide et pertinente.

Une famille multiculturelle

Issu d’une famille multiculturelle, un père béninois mina-nagô (double ethnie très répandue au Nigeria) du Bénin, une mère originaire du Burkina Faso, mais aussi une grand-mère du Ghana, Patrick Ruffino baigne très tôt dans une atmosphère propice au croisement entre toutes les musiques africaines. Mais sa grande curiosité et sa soif d’apprendre vont lui permettre également de découvrir le jazz, le funk, la la soul et les musiques afro-cubaines, dont la rumba cubaine ou la salsa.

Une idée de la diversité et du partage

Dès l’âge de 10 ans, Patrick Ruffino commence à chanter, puis agrippe la basse du bassiste de sa chorale pour ne plus la lâcher. Mais il est aussi attiré par la contrebasse, la guitare, le piano ou les percussions. Il joue de tout, écoute de tout, accompagne les plus grands artistes auprès desquels il va affûter un style très personnel et une approche musicale unique. Une certaine idée de la diversité et du partage en somme.

Les racines vodoun

Né dans les années 1970 au Bénin, Patrick Ruffino est bassiste et chanteur. Il a grandi dans la capitale la plus funky d’Afrique, Cotonou, qui est aussi le berceau des rythmes et du culte vodoun. Il y apprend à jouer d’une multitude d’instruments, à chanter et aussi à danser, mais sa soif de découvertes et son goût immodéré du voyage l’envoient en France à la fin des années 1980. Très attaché à ses racines, il se nourrit continuellement de ses multiples allers retours au pays pour nous délivrer un album au groove incomparable.

E Wa Ka Jo

En 1997, Patrick Ruffino fonde le groupe Fâ dont l’album "Défi" obtiendra plusieurs récompenses au Bénin. Depuis 2002, il se consacre à sa carrière solo, et sortira notamment l’album "E Wa Ka Jo", nommé en 2008 au "Prix Découverte RFI Musiques du monde". Travailleur inlassable, il n’a cessé de s’investir dans différents projets en tant que producteur, compositeur, réalisateur, arrangeur et récemment directeur artistique sur le projet Amazones d’Afrique.

Agoo

Après plus de 20 ans de carrière entre l’Afrique, l’Europe et les USA et un premier album très remarqué, il revient avec Agoo, que l’on pourrait traduire par "permettez-moi de passer". Un son funk-rock vintage, qui rappelle les performances des maîtres du highlife ghanéen et de l’afro-beat nigérian des débuts, portant à merveille sa voix puissante et touchante. On y entend la force des percussions sacrées côtoyer les gimmicks funk lumineux et les riffs acérés du rock des Seventies. Les rythmes traditionnels du Bénin (akinta, akohoun, toba, agbotchébou, Kpanouhoun, gogbahoun, zilin, tchinkoumey…) ne sont pas en reste, ils retrouvent une jeunesse dans des morceaux à la fois accessibles et complexes.

 

par   Nago Seck  10 décembre 2007 - © Afrisson

Discographie