Afrisson

Biographie

African Retro vol. 5 : Rock’A Mambo


Titres :
Face A :
1. Les voyous - Nino Malapet 2:59
2. Mi Cancion - Nino Malapet 2:43
3. Maria Valente - Dewayon 2:57
4. Rumba Quiero - Dewayon 2:50
5. Baila - Jean-Serge Essous 2:47
6. Sérénade sentimentale - Jean-Serge Essous 2:33

Face B :
1. Jalousie - Nino Malapet 2:43
2. Panchita - Nino Malapet 2:46
3. El Rumba So - D.P. (Domaine public) 2:45
4. Esnghe Zuke - D.P. (Domaine public) 3:40
5. Bonne année - D.P. (Domaine public) 3:15
6. Oyambaka Ngai - D.P. (Domaine public) 3:10

Fondé en 1957 par les Brazzavillois Jean Serge Essous et Philippe Lando "Rossignol", deux ex-musiciens de l’OK Jazz de Franco, l’orchestre Rock’A Mambo a largement contribué à l’évolution de la rumba... Ils seront rejoints par Eugène Ngoy "Gogène" (guitare), Nino Malapet (sax), Pandi Saturnin (percus), Alphonse Eyenga (basse), Léon Nzambe "Sathan" (voix) ou encore Maproco (sax).

Influencé par les styles de Négro-Jazz (rumba odemba, cha cha cha, afro-cubain, merengue, mambo), Rock’A Mambo s’illustre avec des titres comme "Iyele", "Caramba Sonorita", "Ya Mouele", "Panchita", "Sérénade sentimentale" ou encore le tube "Maria Valente" réalisé avec le virtuose de la guitare et initiateur du "jeu de pincés" (picking), Dewayon

En 1959, suite aux troubles politiques à Léopoldville (actuel Kinshasa), Jean-Serge Essous (clarinette, sax, flûte, voix), Célestin "Célio" Kouka (chant), "De La Lune" (guitare rythmique, voix), Pandi Saturnin (percussions), Edo Ganga (voix) rentrent à Brazzaville pour fonder Les Bantous de la Capitale, devenu l’un des orchestres les plus populaires de la rumba congolaise.

 

par   Nago Seck  30 juillet 2007 - © Afrisson