Afrisson

Présentation

Dérivée de la guaracha, de la rumba, du mambo, du guaguanco, du sexteto, de la charanga, du cha cha cha et du son de Cuba, de la plena et de la bomba de Porto Rico, la salsa (“sauce” en espagnol), est une danse et un courant musical à 4 temps intégrant des rythmes et mélodies des esclaves africains à base de tambours vaudou, et d’autres sonorités comme le merengue et la bachata de la République Dominicaine, la cumbia de Colombie ou le conjunto du Texas (Etats Unis). La salsa, influencée aussi par jazz et funk américain, est un terme qui serait apparu pour la première fois en 1930, à la sortie du titre “Échale Salsita” (“Mets-y un peu de sauce” en espagnol), écrit par le compositeur et musicien cubain Ignacio Piñeiro Martínez (1888-1969), fondateur de l’orchestre Sexteto Nacional en 1927 à Cuba (à ne pas confondre avec la formation Sexteto Habanero fondé en 1920 à La Havane et devenu Septeto Habanero)…

Ce n’est que dans les années 1960 que l’expression “Salsa” est remise au goût du jour à Spanish Harlem (ou El Barrio), un quartier de Manhattan à New York, aux Etats Unis, par les musiciens et danseurs cubains et portoricains. Le musicien ou danseur de salsa sera appelé salsero (ou salsera au féminin).
La salsa, musique urbaine à l’origine chantée en espagnol, était donnée par le piano, les percussions (congas, bongos, timbales), la contrebasse ou la basse, les cuivres (saxophone, trompette, trombone), la flûte, le violon, les voix et les chœurs.

Depuis, la salsa s’est répandue bien le reste du monde. En Afrique de l’Ouest, en Afrique centrale et en Afrique de l’Est où elle est très proche de leurs sensibilités culturelles et souvent chanté dans les langues vernaculaires, elle s’impose dans les années 1960/1970.

 

par   Nago Seck  5 septembre 2007 - © Afrisson