Afrisson

Biographie

Sambou Kouyaté


Artistes Sénégal | 1974-2011 | Styles :  Musique Mandingue - Afro-folk Site internet

Artiste incomparable et korafola (joueur de kora) de génie, Sambou Kouyaté a révolutionné l’image de l’instrument par son jeu incandescent. Il disparaît le samedi 04 juin à 23h00 à Rennes (France) des suites d’une longue maladie...

Né le 10 mai 1974 à Dakar au Sénégal, dans une famille de griots, Sambou Kouyaté s’initie à la musique et au chant auprès de son père Sékou Kouyaté et de son grand frère Toumani Kouyaté. Très jeune, il intègre des groupes sénégalais comme percussionniste/batteur, se produisant dans divers pays d’Afrique de l’Ouest : Mali, Guinée Bissau, Guinée, Gambie.
En 1993, Sambou Kouyaté rejoint Buntaloo, une formation acoustique initiée par son père Sékou et son aîné Toumani et remarquée au 1° Festival du Printemps des Cordes organisé par Africa Fête à Dakar (Sénégal). En 1994, il enseigne la kora à des artistes canadiens, américains et français…Quatre ans plus tard, il rejoint Youssou Ndour sur la musique du film « Kirikou » de Michel Ocelot (1er prix du Festival d’Annecy en 1999). Deux ans plus tard, il est l’invité de Dabi au festival Flanders Ethno en Belgique. En 2001, il crée Baadala, une formation diffusant ses propres créations musicales tirées des musiques traditionnelles…

JPEG

De 2002 à 2003, Sambou Kouyaté participe, en tant que koriste et chanteur, au spectacle « Perdre la tête » de la compagnie La rue Fontaine (cirque contemporain français) et tourneen France, en Angleterre, en Belgique et au Brésil avec son compatriote El Hadji Ndiaye (prix de l’Académie Charles Cros en France, en 2001, pour l’album Xel dans lequel Sambou glisse avec finesse ses notes de kora). Parallèlement, il accompagne à la kora le groupe Allalaké de Djéour Cissokho (New Morning, Jokko à Paris), participant en 2003 à la réalisation de l’album Guisna de ce dernier.
La même année, il est membre, en tant que koriste/chanteur de DIO, un quartet développant une fusion de musiques africaine et celtique et composé de la harpiste Cécile Audebert, du percussionniste Ousseynou Diouf dit « Kourkour » du bassiste Julien Dupont.
Suite à ces diverses expériences, Sambou Kouyaté décide de se lancer dans une carrière solo en lançant « l’afro-pop mandingue », un style musical qu’il diffusera au festival Solidays 2003 et dans divers lieux parisiens comme la Maroquinerie, La Flèche d’Or, le Jungle Montmartre, le Théâtre de Fortune…En 2010, Sambou Kouyaté fait vibrer les cordes de sa kora aux fines mélodies lors du concert d’El Hadji Ndiaye à Saraaba (Paris)…
Sambou Kouyaté disparaît le samedi 04 juin à 23h00 à Rennes (France) des suites d’une longue maladie. Il enregisrait son propre album qui sortira prochainement…

* Crédits photos : photo article (Emmanuel Blès) / Trio - texte (Nago Seck)

 

par   Nago Seck - Sylvie Clerfeuille  5 juin 2011 - © Afrisson

Discographie